Émission Underscore #133 du 3 mars 2019

Actu

FAILs du mois

Chiptune: Daoko [Daisuki with teddyloid]

Sujet: L’Arduino

Si il y a un bien des merveilles technologique dans notre monde actuel qui a révolutionner la manière d’appréhender l’électronique, c’est l’arduino. Vous avez tous problablement entendu dans notre émission ce terme (souvent à cause d’atelier proposé dans nos agendas n’est ce pas mmu_man). Nous allons voir ensemble de plus près qu’est ce qu’il se cache derrière ce terme.

Que dit wiki ?

Arduino et Genuino

Arduino, et son synonyme Genuino2, est une marque qui couvre des cartes matériellement libres sur lesquelles se trouve un microcontrôleur (d’architecture Atmel AVR comme l’Atmega328p, et d’architecture ARM comme le Cortex-M3 pour l’Arduino Due).
Les schémas de ces cartes sont publiés en licence libre. Cependant, certaines composantes, comme le microcontrôleur par exemple, ne sont pas sous licence libre.

Un peu d’histoire

Il était une fois dans la petite ville d’Ivrea située dans le nord de l’italie, une équipe de 5 amis qui décidèrent de révolutionner l’ère de l’électronique autour d’un verre dans un petit bar qui porte le même nom qu’un roi d’un temps passé le bar d’Arduino. Leurs noms Massimo Banzi, David Cuartielles, Tom Igoe, Gianluca Martino, David Mellis et Nicholas Zambetti.

Il faut dire que les cartes à micro-contrôleur ça existe depuis longtemps. Sauf que c’était cher et lent le BASIC Stamp, un microcontrôleur créé et utilisé par l’entreprise californienne Parallax depuis près de 10 ans. Codé avec le langage BASIC (il fallait compter dans les 100 euros la carte) et pour un étudiant, c’est carrément prohibitif comme prix. Si les puces PIC ont permis de faire baisser les coûts, il restait le problème de l’utilisation qui nécessitait l’utilisation de cross-compilateurs et de langages (C et assembleur) avec une courbe d’apprentissage abrupte.

Mais qu’est ce que c’est martine ?

Déjà, c’est quoi un micro-contrôleur ? Ben c’est un micro-processeur, avec d’autres composants d’entrée-sortie dans une seule puce, très utilisé dans l’embarqué, que ce soit dans les machines-outils ou dans l’électroménager.

un arduino aujourd’hui c’est un peu carré, ça se présente sous une forme de carte imprimé sur laquelle vous allez trouver des composants vous permettant des entrées d’informations et des sorties. L’Arduino utilise la plupart des entrées/sorties du microcontrôleur pour l’interfaçage avec les autres circuits. Le modèle Diecimila par exemple, possède quatorze entrées/sorties numériques, dont six peuvent produire des signaux PWM, et 6 entrées analogiques. Les connexions sont établies au travers de connecteurs femelles HE14 situés sur le dessus de la carte, les modules d’extension venant s’empiler sur l’Arduino. Plusieurs sortes d’extensions sont disponibles dans le commerce.

L’arriver de l’ethernet et du wifi aussi sur ce type de support aussi révolutionne les applications nous permettant ainsi l’émergence d’appareils connectés.

Il y a trois types de cartes :

  • Lesdites « officielles », qui sont fabriquées en Italie par le fabricant officiel : Smart Projects.
  • Lesdits « compatibles », qui ne sont pas fabriqués par Smart Projects, mais qui sont totalement compatibles avec les Arduino officielles.
  • Les « autres », fabriquées par diverses entreprises et commercialisées sous un nom différent (Freeduino, Seeduino, Femtoduino, …).

Mais tu parles quelle langue ?

Le langage principalement utilisé pour programmer cette petite bestiole est principalement en C, il est aussi possible de le faire en java… bien que ce niveau de langage supérieur soit un peu lourd selon sylvain.

Il existe des tonnes de bibliothèque de scripts vous permettant de pouvoir commencer à programmer sans trop de difficultés.

Libéréééé délivrée

Non je vais pas vous relancer sur la piste (bien qu’elle soit plus electronique que de ski). L’un des principe fondateur de ce succès fut l’adoption du concept lié au logiciel libre. Ainsi, les bibliothèques de programmation Le prix d’acquisition du produit de base (30 euros environ) permet aussi un accès accrue à ce type de technologie.

Ils ont piqué notre recette piwate

Tandis que dans le monde du logiciel libre, il est devenu “monnaie courante de partir du principe de rentre libre et sans droit d’auteur, le créateur Massimo Banzi fit un choit novateur, alors que son entreprise agé de 5 ans était dans une impasse financière, il fit un appel au financement participatif… et aussi vendu sa création sous licence Créative commons

D’ailleurs la licence créative commons permet de

  • partager et faciliter l’utilisation de leur création par d’autres
  • autoriser gratuitement la reproduction et la diffusion (sous certaines conditions)
  • accorder plus de droits aux utilisateurs en complétant le droit d’auteur qui s’applique par défaut
  • faire évoluer une oeuvre et enrichir le patrimoine commun (les biens communs ou Commons)
  • économiser les coûts de transaction
  • légaliser le peer to peer de leurs œuvres.

Les licences Creative Commons sont fondées sur le droit d’auteur. Alors que le régime du droit d’auteur classique vous incite à garder l’exclusivité sur la totalité de vos droits (« tous droits réservés »), ces licences vous encouragent à n’en conserver qu’une partie (« certains droits réservés »).

Connu comme le loup blanc

Sil y a bien une chose que l’arduino à conquit, c’est le coeur des universitaires, bien plus qu’un outil, c’est devenu un art de vivre à sa manière bien sûr il oriente les travaux, mais c’est une avancée pour tous car son existence même à rendu possible des aventures balbutiantes autour de ce morceau de carte.

Ainsi passant d’étudiant aux monde de l’entreprise, il a tout autant sa place pour permettre la création de produit en mode prototype.

Bien évidement l’arduino n’est pas un ordinateur, mais il est tout à fait associable dans certaines applications à un raspeberry pi, qui soit sous forme d’un ordinateur ou bien sous forme d’une toute petite puce.

C’est là où nous pouvons voir l’incroyable progrès de réduction des tailles des composants.

Du hard, mais uino !

L’art de la révolution électronique nous offres de multiples applications :

Sapin clignotant, chevillard, détecteur d’eau, Un appareil de mesure de tension/courant, un générateur de tension/courant, une imprimante 3D, un machine outil à commande numérique, un drone qui roule, vole, nage…
Par exemple moi j’ai pour projet de mettre mon arduino dans ma voiture pour pouvoir ajouter des fonctions comme le radar de recul (avec des module ultra-son), afficher la vitesse, les tour/minutes(Via la prise ODB), afficher le rapport de vitesse, et de faire du dataloging sur une carte SD.

Je veux pas commencer tout seul !

Pour jouer avec un arduino, il faut que vous pensiez à vous équiper de plusieurs choses autour de celui ci, les choses indispensables :

– Une Arduino Uno ou Duemilanove
– Un câble USB A mâle/B mâle
– Une BreadBoard (plaque d’essai)
– Un lot de fils pour brancher le tout !

Après en fonction ce que je vous souhaitez faire, vous pourrez vous orienter dans l’achat de composant mais aussi dans d’autres produits associé “compatible arduino”.

Si vous souhaitez vous mettre à l’arduino, vous pouvez bien sûr regarder les tutoriels en ligne, mais vous pouvez aussi venir au LOAD par exemple, où vous trouverez toujours quelqu’un pour vous expliquer.

Le 8fablab avait l’habitude de faire des initiations à l’Arduino, mais je ne sais pas si c’est encore au programme cette année.

Chiptune: meganeko – Empyrean

Agenda

Rappelons que l’agenda est celui de la semaine passée lors des rediffusions le samedi.

Libre en Fête du 2 mars au 7 avril 2019

Comme tous les ans, on fête le logiciel libre dans toute la France. Pensez donc à regarder le programme pour trouver des évènements près de chez vous !

Il y a des évènements prévus à Lyon, Privas…

Sieste musicale

Sieste musicale sur le thème du Brésil avec uniquement des musiques libres de droit.
(libre ou libre de droit ? C’est pas la même chose…)

Accès libre
Le mardi 5 mars 2019 de 12h00 à 14h00.
Médiathèque Jacques Dupin, 3 rue Elie Reynier, Privas.

Café outil #32 – Gérer son planning et travailler en équipe avec les agendas en ligne

Google agenda, Outlook ou Framagenda pour mieux organiser le travail en équipe

Du papier au digital, l’agenda n’est pas seulement dématérialisé il est augmenté.
Organiser des réunions, connaitre la disponibilité d’un collaborateur, réserver des salles et véhicules partagés, les atouts pour les TPE, PME sont multiples.
Avec l’avènement des formulaires de réservation en ligne, vos clients peuvent même réserver des créneaux horaires directement depuis votre site web. Des usages en plein développement pour les professions paramédicales et de l’esthétique.
Lors de ce café-outils, venez découvrir comment le partage d’information est facilité et quels sont les usages pour les associations, collectivité, petites et moyennes entreprises.

Gratuit sur inscription.
Le Moulin Digital, 8 avenue de la gare, 26300 ALIXAN.
Vendredi 8 mars, 9h à 10h.

Astrologeek

  • gamer : Y a vraiment des clics qui se perdent !
  • libriste : je suis pas un numéro
  • technophile : Encore un problème de connexion chez Free ? Mais non. Pourquoi Niel évidence ?
  • codeur : L’interface de programmation s’appelle slazuli. Parce que l’API slazuli.
  • graphiste : Que fait la police ? Elle soulève de la fonte. Normal pour une police qui a du caractère.
  • microsofteux : Mon Windows est cassé au niveau du MIDI… Mais c’est pas à minuit qu’il faut débugguer le MIDI !