Émission Underscore #121 du 9 décembre 2018

Actu

FAILs du mois

Chiptune: [Funk] Vantage – ラヴラヴOK~

Sujet: Le Sampling ou l’échantillonnage

Avez-vous déjà entendu une nouvelle chanson à la radio et réalisé que cela vous semblait familier ? Ce n’est pas vraiment une reprise d’une vieille chanson, mais peut-être a-t-elle utilisé une ligne de basse bien connue et l’a ré-emballé dans un nouvel arrangement – un peu comme le “Beautiful Girls” de Sean Kingston 2007 emprunté au classique de Ben E. King en 1961, “Stand by Me.” Un autre exemple célèbre est la façon dont Vanilla Ice a emprunté la ligne de basse à “Under Pressure” de Queen et David Bowie pour sa chanson hip hop “Ice Ice Baby”.

Ce type d’emprunt musical est appelé échantillonnage . Il convient de noter que le terme “échantillonnage” peut également désigner le processus de conversion de musique en données numériques . Ici, nous allons parler d’échantillonnage en tant que processus d’incorporation d’une piste d’une chanson précédemment enregistrée dans une nouvelle chanson.

Mais il ne s’agit généralement pas d’enregistrer une pause de batterie et de la placer dans une autre chanson. Cela implique souvent de prendre une partie de la percussion – même quelques claques de caisse claire – et de la boucler ou de répéter la section échantillonnée à plusieurs reprises pour former une «boucle». Par exemple, LL Cool J a mis en boucle une partie de la batterie de “Funky Drummer” tout au long de sa chanson de 1990, “Mama Said Knock You Out”. Les artistes talentueux peuvent échantillonner plus d’une chanson à la fois. Cette même chanson de LL Cool J, par exemple, échantillonne également plusieurs autres pistes, y compris une boucle de voix de fond du “Trip to Your Heart” de 1967 de Sly et de Family Stone. L’échantillonnage peut également impliquer des manipulations créatives, telles que la modification de la vitesse ou de la hauteur de ton de l’échantillon d’origine. (example : audio qui fusionne ll cool j + james brown pour montrer que la batterie de fond est celle de james brown dans Trip to Your Heart” Sly et de Family Stone. 3 en 1)

Peu de gens nient qu’il faut du talent pour échantillonner efficacement une chanson classique et l’utiliser de manière nouvelle et créative. Et la pratique a joué un rôle majeur dans la formation de tout le genre du hip hop. Mais l’échantillonnage a une histoire plus longue et des implications juridiques plus complexes que beaucoup de gens le réalisent..

Les origines de l’échantillonnage musical remontent aux années 1980, lorsque la scène hip hop a émergé. Certains insistent sur le fait que les musiciens de jazz se sont toujours empruntés les uns aux autres. Mais l’échantillonnage de musique enregistrée est né d’un collage sonore commencé des décennies plus tôt. Les premiers pionniers du son ont expérimenté la définition même de la musique. Pierre Schaeffer et Pierre Henry (qui a inspiré le thème de futurama), par exemple, ont créé leur propre mouvement de musique concrète lorsqu’ils ont commencé à collaborer dans les années 1940. Avant même que les magnétophones ne soient présents, ils utilisaient des cutters pour repousser les limites de la musique en créant des collages sonores uniques. Et par «son», nous entendons plus que des instruments. Ils ont également utilisé les sons des trains et des bruits mécaniques. Bientôt, d’autres pionniers tels que Karlheinz Stockhausen ont été influencés par Shaeffer. Et plus tard, même les Beatles se sont mêlés à la musique concrète avec leur morceau expérimental “Revolution 9” de “The White Album”.

En 1961, James Tenney a franchi une étape supplémentaire en reprenant une chanson populaire existante et en la manipulant de manière drastique. Son “Collage # 1” s’inspire de l’enregistrement de “Blue Suede Shoes” par Elvis Presley, qu’il réarrange et joue avec le tempo. Un exemple de collage plus courant, mais moins expérimental et avant-gardiste, est venu de Dickie Goodman et Bill Buchanan en 1956. Leur “Flying Saucer” était un mélange ludique de hits rock and roll de l’époque, ainsi qu’un faux reportage sur des extraterrestres. atterrissage de l’espace. Cette publication, ainsi que d’autres versions de Goodman et Buchanan, devinrent populaires, attirant les premières poursuites en matière de droit d’auteur liées à l’échantillonnage.

Ce n’est qu’à la fin des années 1970 et au début des années 80 que l’échantillonnage a vraiment explosé avec le hip hop. Cela a commencé lorsque les DJ ont commencé à interagir et à manipuler les disques vinyles qu’ils ont joués. Au début, il est devenu populaire de jouer et de rejouer les pauses dans la musique funk, tout simplement parce que les foules aimaient danser dans ces régions. Kool DJ Herc est à l’origine de cette pratique, et d’autres, telles que DJ Grandmaster Flash, ont permis de perfectionner les techniques, telles que la modification de la vitesse des platines et la rotation manuelle des enregistrements. Il a rejoint d’autres rappeurs pour former Grandmaster Flash et Furious Five, et le groupe a atteint la célébrité nationale avec le single “Freedom” de 1980 qui a échantillonné “Get Up and Dance” du groupe de rock Freedom.

Le hip-hop et le rap ont beaucoup misé sur la pratique de l’échantillonnage depuis, mais vous trouverez parfois des exemples d’échantillons dans d’autres genres. Mais les questions juridiques ont largement étouffé son utilisation généralisée.

Au début, les artistes hip-hop pouvaient se permettre d’écouter des chansons sans répercussion. En général, les artistes n’ont même pas demandé l’autorisation des détenteurs de droits d’ auteur, et encore moins l’ont reçu. Bientôt, vous pourrez même acheter des CD contenant des compilations d’échantillons de batterie et de basse, y compris des cassures tristement célèbres comme celle de «Amen Brother», pour créer vos propres remixes. Mais à mesure que le genre gagnait en popularité et en ventes, les titulaires de droits d’auteur ont commencé à remarquer des artistes comme Public Enemy, qui utilisaient beaucoup de l’échantillonnage.

Au début, les coûts d’un rachat, ou de l’achat de droits pour échantillonner une chanson, étaient modestes. Mais ceux-ci ont rapidement augmenté et des frais supplémentaires – appelés taux de roulement – ont également été ajoutés, qui ont ajouté aux coûts en fonction du nombre d’unités vendues. Ce qui complique les choses, c’est que les artistes doivent payer deux détenteurs de droits d’auteur différents pour la même chanson : le détenteur des droits d’auteur de la musique (la composition) et le détenteur des droits d’auteur de l’enregistrement. Les artistes peuvent au moins éviter de payer ces derniers en faisant un nouvel enregistrement de la chanson. Toutefois, les membres de Public Enemy affirment qu’ils ont dû modifier le son du groupe en raison de règles restrictives en matière de droit d’auteur.

Le consensus général est que ces artistes n’ont pas échantillonné des enregistrements plus anciens pour faire passer malicieusement le travail de quelqu’un d’autre, mais pour créer quelque chose de nouveau avec. Mais malgré des intentions inoffensives et la valeur de l’art qu’ils créaient, aux yeux de beaucoup, ils tiraient néanmoins profit du travail volé. Par exemple, Clyde Stubblefield, le “Funky Drummer” original, n’a toujours pas reçu de compensation pour ses percussions bien échantillonnées.

Désormais, les détenteurs de droits d’auteur sont plus susceptibles de réprimer rapidement les échantillonnages non autorisés. En 2004, Danger Mouse envoya des copies promotionnelles de son travail intitulé “The Grey Album”, qui était un mélange de la musique de “The White Album” des Beatles et des raps de “The Black Album” de Jay-Z. EMI, le label qui possède les enregistrements des Beatles, a rapidement giflé Danger Mouse avec un ordre d’interdiction, lui interdisant de sortir l’album commercialement. (Cela n’a toutefois pas empêché l’album de devenir un énorme succès sur Internet, car le travail s’est rapidement étendu sur les réseaux P2P.)

Ce qui dérange beaucoup de partisans de l’échantillonnage hip-hop, c’est que ceux qui réclament des dommages et intérêts ne sont généralement pas les artistes originaux eux-mêmes, mais les sociétés propriétaires des droits d’auteur. Un cas notoire s’est produit en 2005, lorsque Bridgeport, une société unipersonnelle ayant acquis de nombreux droits d’auteur, a poursuivi Jay-Z pour utilisation de l’échantillonnage. La cour du sixième circuit a statué en faveur de Bridgeport et a simplement averti: “Obtenir une licence ou ne pas prélever d’échantillon”

En dépit du fait que les artistes hip-hop pourraient avoir de bonnes intentions et créer au final un son unique qui diffère radicalement de la chanson échantillonnée originale, l’échantillonnage est un problème juridique délicat. D’un côté, il est facile de comprendre l’argument selon lequel les artistes originaux méritent d’être reconnus et rémunérés. Mais il est plus difficile d’accepter cet argument lorsqu’il s’avère que l’indemnisation résultant des poursuites va souvent à des non-artistes détenteurs du droit d’auteur. Il semble n’y avoir aucune réponse facile.

Chiptune: Freedom- Grandmaster Flash et Furious Five

Agenda

Rappelons que l’agenda est celui de la semaine passée lors des rediffusions le samedi.

Ville de Montréal & Logiciels Libres: quelles opportunités pour les entreprises?

Mardi 11 décembre, l’APELL aura le privilège de recevoir Mr Pierre-Antoine Ferron de la Ville de Montréal lors d’un événement-conférence de 13h30 à 18h.
Monsieur Ferron présentera la politique du logiciel libre de la Ville de Montréal, les retombées qu’aura cette politique sur le développement des entreprises du Québec, ainsi que sur les initiatives se basant sur cette politique dans les autres paliers gouvernementaux.
Vous êtes une entreprise dans le service-conseils TI ou dans le développement de logiciels et de matériels libres? Ne manquez pas cette occasion de découvrir les opportunités de contrat qu’offrira cette politique de la Ville de Montréal.
Le mardi 11 décembre 2018 de 13h30 à 18h00.
Montréal

Atelier FreeCAD – Modélisation 3D sur ordinateur

Prérequis : un ordinateur (Windows, Linux ou Mac) pouvant être amené au VAL ainsi qu’une souris. Atelier d’initiation à la modélisation et l’assemblage de pièces en 3D sur ordinateur en utilisant le logiciel libre FreeCad. Cet atelier est ouvert à tous niveaux. Il a pour but d’apprendre les bases de la modélisation sur ordinateur pour être capable, par exemple, de faire des plans ou un projet d’impression de pièces à l’imprimante 3D.
jeudi 13 décembre 18:00 – 21:00
VAL – Valence Atelier Libre, 13 bis rue Montplaisir, Valence

Deuxième édition du Hackathon Drôme

35 places de disponible. Clôture des inscriptions le 23 novembre 2018 à 18h.
Participation : 10€. Repas compris du vendredi soir au dimanche soir. Hébergement à la charge du participant, possibilité d’hébergement gratuit chez l’habitant sur demande lors de l’inscription.

8fablab, 8 rue Courre-Commère, Crest.
les 14, 15 et 16 décembre 2018.

Astrologeek

  • libriste : Le framapad il est cassé ? Vite appelons la Pad Patrouille !!!
  • macounet : iCal une date dans son agenda
  • atariste : Pour MIDI j’apporte mon câble DIN. Les câbles DIN, à MIDI ?? Mais c’est pas l’heure !
  • musicien : j’instrumentise toujours la note avant de la donner
  • graphiste : typo-vait pas plus mal tomber 🙂
  • électronicien : – Il fait partie de la résistance ! – La résistance, c’est qu’une poignée d’ohms. – Certains crient à LED !!!