Émission Underscore #136 du 24 mars 2019

Actu

Les FAILs du mois

oh un jingle !

Chiptune: TRBL – Destination

Sujet: ALITA

BANDE ANNONCE

Le synopsis

2563, 300 ans après que la Terre a connu “l’effondrement”. Dans la ville d’Iron City infestée par le crime, le Dr Dyson Ido, médecin bénévole spécialisée dans les augmentations biomécaniques, cherche des pièces détachées dans une décharge à ciel ouvert venant de Zalem, une cité céleste surplombant Iron City où chacun rêve d’aller. Ido va alors tomber sur le corps d’une cyborg en piteux état, mais toujours en vie. Il va alors la ramener dans sa clinique spécialisée pour la réparer. La jeune cyborg se réveille, amnésique. Le docteur Ido la rebaptise Alita (du nom de sa fille décédée) et lui fait découvrir les environs. Mais Alita se découvre des réflexes combattifs, veut toujours en savoir plus et aller plus loin. Elle fait la connaissance de Hugo, un revendeur de pièces détachées auquel elle se lie rapidement. Alita va tenter de comprendre qui elle est réellement et d’où elle vient. Elle croise la route du terrible Vector, qui contrôle les matchs du sport ultra-populaire de la ville, le Motorball.

Le film

James Cameron découvre “Gunnm” à la fin des années 1990 grâce à Guillermo del Toroqui lui conseille de lire les neuf tomes du manga et voir l’animé. Conquis (et le mot est faible), le célèbre metteur en scène décèle immédiatement le potentiel cinématographique de cette oeuvre cyberpunk aussi violente que philosophique.
Les choses se concrétisent en octobre 2015, lorsque James Cameron annonce qu’il confie la réalisation du projet à Robert Rodriguez, metteur en scène atypique à qui l’on doit, entre autres, Desperado, Une nuit en enfer ou encore la lucrative saga Spy Kids. Le réalisateur de Titanic, qui endosse toutefois le poste de producteur sur Alita : Battle Angel, a voulu procéder ainsi pour avoir plus de temps à consacrer aux suites d’Avatar.

L’ambiance du film :

D’un premier abord, 2 mondes s’opposent, entre ceux d’en bas à Iron City, qui triment pour leur survit, et ceux d’en haut…

ALITA, ou GUNNM ?

Le manga

A l’origine, “Gunnm” est un manga écrit et dessiné par Yukito Kishiro et comporte neuf tomes d’environ 220 pages chacun. Ces derniers ont été publiés pour la première fois entre 1990 et 1995 dans le magazine Business Jump. La première version française au édition glénat est sortie entre 1995 et 1998.Evoluant dans un univers cyberpunk, se situe dans sa violence extrême et sa vision très noire de l’humanité, ce qui n’empêche pas certains personnages d’avoir des sentiments très profonds, contrastant de manière radicale avec leur environnement.
“Gunnm” se déroule dans un monde post-apocalyptique au vingt-sixième siècle, qui se divise en deux parties principales : d’un côté la décharge, une ville crasseuse et ultra-violente peuplée majoritairement de cyborgs dotés d’un cerveau humain (mendiants, criminels, chasseurs de primes, etc.). Et de l’autre Zalem, une cité flottant à plusieurs milliers de mètres au-dessus de la décharge dont les habitants sont des humains vivant dans un environnement idyllique. Il s’agit de deux endroits en parfaite opposition et bien délimités par des frontières infranchissables.
La majorité de l’action du manga se déroule dans la décharge. Au sein de ce monde régi par la loi du plus fort, un scientifique, le docteur Dyson, découvre la carcasse d’une jeune cyborg abandonnée. Après l’avoir réparée, et donc ramenée à la vie, il la baptise Alita (“Gally” dans le manga). N’ayant aucun souvenir de son passé mais faisant preuve d’aptitudes combatives impressionnantes, elle va tenter de percer le mystère de ses origines et appréhender au mieux le monde post-apocalyptique dans lequel elle évolue. Ceci afin de protéger ceux qu’elle aime de terrifiants ennemis lancés à leurs trousses.

l’OAV

A l’issue du film, j’ai découvert sur dailymotion une version animé… les premières images sembles assez proches du films. Pour sûr que la version animé aura tendance à ce rapprocher du vers manga, avec les moyens d’animation de l’époque, les charadesigns des personnages restent pour moi bien typé des année 90.

Les personnages :

Alita (alias Gally) arborent des traits de caractère qui en font un personnage attachant et aussi tellement attractif tel un enfant/ado qui découvrirait le monde, elle a les traits d’un personnage shojo (avec ses grands yeux) et évolue dans un univers très shonen. l’actrice qui incarne le personnage Rosa Salazar

Le professeur Ido (interprété par Christoph Walt), chirurgien et médecin en robotique, il a cette figure patriarcale pour alita à qui il aura tout donné, jusqu’au corps qui était destiné à sa propre fille. Dans le manga, la relation père/fille est bien plus développé.

Hugo, le racaillou des bacs à sables, il est attiré par alita, dans le film, il est bien plus lié au professeur ido qui ne l’est dans le film, il nous permet aussi de mettre en scène ce que certains apprécieront, la Romance entre lui et Alita.

Grewishka (alias makaku dans le manga) est un gros méchant pleins de soupe qui a pour ordre de détruire Alita… Dans le manga, il est encore plus sombre se nourrissent d’une substance humaine, l’endorphine, ceci est totalement occulté dans le film

Nova, et bien c’est comme l’oeil de sauron, il joue le rôle de protecteur de zalem et voit en Alita la menace ultime, celle qu’il avait cru pouvoir se débarrasser… Mais… ce n’est pas sans compter la force et le courage qui anime alita.

Le motorball…

Les avis divergent sur le film :

  • Soit on est un puriste du manga, vu la qualité de l’oeuvre, et dans ce cas le film est clairement pas terrible, voir limite injurieux, tant il mélange un peu tout et surtout tire pas mal de substance non pas du manga mais des OAVs déjà pas terribles des années 90. Malgré tout il faut bien reconnaître les influences directes du manga lorsqu’elles se présentent (le vaisseau alien, certaines scènes où Gunnm..pardon Alita découvre son nouveau corps sauf qu’ici c’est le premier, donc pas raccord, mais bon..), mais ce n’est pas suffisant pour rattraper le n’importequoisime scénaristique et la disparition de Makaku. Faut pas déconner, c’est n’importe quoi.
  • Soit on connait pas trop, et c’est un bon divertissement, avec on peut le supposer un second film en préparation, sans quoi le plan de fin sur Nova ne voudrait rien dire, ce qui serait complètement débile.

La controverse :

Le film ne rencontre pas le succès escompté aux états unis, tandis qu’en chine, il a reçu un bon accueil !
Pour les puristes, le films ne respecte pas le manga, qui va plus profondément dans l’histoire, les personnages, c’est le propre de toute bonne adaptation que de trahir la forme pour respecter le fond.
Ainsi dans ce film où cyborg, robot, et humains augmentés se côtoient, nous pouvons profiter d’un univers intéressant mélangeant sciences fiction et humanité.

Chiptune: Alita Battle Angel Soundtrack – Theme Song

Agenda

Rappelons que l’agenda est celui de la semaine passée lors des rediffusions le samedi.

Initiation à la contribution sur Wikipedia

À l’occasion du mois international de la contribution francophone, venez re·découvrir Wikipédia et apprendre a y contribuer. Illustrer un article, traduire une citation, ajouter une source ou reformuler une introduction : tous le monde peut améliorer la plus grande encyclopédie en libre accès. Apportez votre ordinateur portable, je serai là pour vous aider à faire vos premiers pas sur Wikipédia !

Sur inscription.
Mercredi 27 mars, 19h – 21h.
Au Valence Atelier Libre, 13 bis rue Montplaisir, Valence.

Initiation Inkscape

Savoir dessiner en 2D
Faites vos premiers pas en dessin vectoriel pour préparer vos fichiers au plotter ou à la découpe laser.

25€, sur inscription.
Vendredi 29 mars 18h30 – 20h30.
Au 8 fablab, 8 rue courre-commère, Crest.

Astrologeek

  • sysadmin : Oulà… y a un gros SHA à la sortie de la commande. Il est à Laurent Chemla lui aussi ?
  • oldschool : c’est dans les vieux jeux qu’on a les meilleurs scénarios
  • technophile : Pour renifler les spam il faut un bon Eudora.
  • nerd : – T’as fait la Fac ? – Non, j’ai fait la FAQ : la F.A.Q. !
  • codeur : Compiler ou Streamer, il faut choisir !
  • procrastinateur : non rien de rien , non je n’ai besoin de rien, ni de windows ou de mac , car cela m’est bien égale