Émission Underscore #146 du 2 juin 2019

Actu

Une suite prévue à Kung-Fury

Ça peut être pas mal !

Les vidéos des RMLL 2018 sont arrivées !

Les enregistrements des conférences sont enfin disponibles sur PeerTube.

La Quadrature du Net recrute un-e coordinateur/ice pour son équipe opérationnelle

(l’annonce sur LinuxJobs) Il faut quelqu’un capable de gérer tout le monde au garage, et ça c’est du boulot !

Appel à imposer un minimum d’interopérabilité pour les GAFAM

« Cinquante‐six organisations (au dernier décompte) de défense des libertés, dont la Quadrature du Net, ont lancé un appel à ce que la loi impose une interopérabilité minimale aux rézosocios centralisés. »
Le but est de pouvoir rester en contact avec ses amis qui sont encore sur Facebook par exemple, sans être soi-même contraint de rester sur Facebook. Cela pourrait par exemple prendre la forme d’une compatibilité forcée de Facebook avec ActivityPub, le protocole utilisé par le Fediverse (c’est à dire Mastodon, PeerTube et plein d’autres plateformes).

Framasoft lance une campagne de financement pour Mobilizon

On vous avait annoncé en décembre leur projet pour proposer un outil pour gérer les évènements sans avoir à dépendre de Facebook.
Ils ont déjà obtenu 30000 euros sur les 50000 visés.

Bassoon Tracker, un tracker entièrement en javascript

C’est du logiciel libre, et il lit pour l’instant les formats MOD et XM.

Nouvelle émission de radio : “La voix est libre”

Une émission hebdomadaire de Picasoft sur la radio locale et associative compiégniose Graf’hit sur 94.9FM.
Ces podcast sont disponibles, sous licence CC BY, sur leur site.
Pour souscrire au podcast
Le 1er numéro reçoit un “Vieux voyou qui cause pour expliquer la route longue et la voie libre.” : Frédéric Urbain de Framasoft.

Google qui interdit à Huawei d’utiliser Android

Suite à la décision du gouvernement américain d’interdire à leurs entreprises de travailler avec cette boite chinoise. Rappelons qu’il y a en effet des morceaux non libres dans Android, notamment les applis Google.
La FSFE rappelle que ça ne serait pas possible avec du logiciel libre.

Chiptune: Minitel Rose – Valerie

Sujet: Le Minitel (cicile)

La semaine dernière, Mmu_man a évoqué les terminaux, pendant ce sujet il m’est apparu évident de vous parler d’un terminal. Et par n’importe lequel, celui qui a fait partie de ma vie comme pour beaucoup d’entre nous : le Minitel. Ce qui me parait étrange, c’est d’avoir fait des tas d’émissions sans évoquer ce formidable outil de communication qui avait ses atouts mais aussi ses limites qui nous ont formé à une manière de communiquer. On va réparer les choses aujourd’hui. Et comme par hasard, en ce moment à beaucoup d’endroits, les gens reparlent naturellement du minitel !

On vous propose une petite piqûre de rappel, le minitel, avant tout, c’était ça.
Un outil présent dans beaucoup de foyer, pour certains, il se limitait à l’annuaire électronique, pour d’autres, ce fut une porte ouverte sur beaucoup d’autres services.

Que dit wiki ?

Le Minitel (pour « Médium interactif par numérisation d’information téléphonique ») est un type de terminal informatique destiné à la connexion au service français de Vidéotex baptisé Télétel, commercialement exploité en France entre 1980 et 2012.

Un peu d’histoire

Depuis la fin des années 1950, les ingénieurs du Centre national d’études des télécommunications ont développé des ordinateurs, puis des réseaux numériques expérimentaux, en collaboration avec l’industrie électronique et le Plan Calcul. Leurs homologues américains, anglais ou allemands font de même, dans une ambiance d’émulation internationale. Le directeur technique du Centre commun d’études de télévision et télécommunications à Rennes, Bernard Marti, coordonne les travaux d’une équipe à l’origine du Minitel, le projet Minitel étant supervisé par Jean-Paul Maury, directeur du projet « Annuaire Électronique et Minitel » (1979-1985). Fin des années 1970, l’état prends conscience de l’importance de la révolution de la télématique.Un système aussi complexe que Télétel n’a évidemment pas « un inventeur », mais résulte de multiples projets et décisions
Le programme Télétel (nom du réseau des terminaux appelés Minitel) est reconnu dans le monde entier comme le premier réseau télématique grand public et comme un succès commercial.

Dès 1980, le Minitel, en phase de test sera proposé dans les foyers bretons de St Malo… et puis tout s’enchaine… à partir de 1982, le minitel vient s’installer progressivement dans les foyers français, dont l’usage premier fut l’annuaire électronique… le 11 puis le 3611. L’objet va petit a petit devenir présent dans la plupart des foyers français…

Pendant presque 10 ans le Minitel a connu ses heures de gloires et à laisser son empreintes dans le paysage français. En parallèle, la microinformatique avec la présence des ordinateurs de plus en plus puissant, laissait le minitel sur le “carreau” car les capacités graphiques devenait de plus en plus éloignés des capacités premières du minitel… cantonné à un affichage très sommaire.

Le service Télétel était accessible avec un ordinateur et un modem, ainsi, nous n’étions pas non plus limité à l’usage de ce terminal.

Les spécificités

Le minitel, est donc un terminal, qui affiche des informations téléchargé par l’intermédiaire d’un modem utilisant pour cela le réseau X.25 de Transpac (protocole de communication normalisé par commutation de paquets ). Le terminal minitel est donc relié à un ou plusieurs serveur, il suffisait donc de composer leurs numéros.

Le minitel se connecte normalement au réseau Transpac via un modem RTC V23. Il dispose également d’une prise « péri-informatique », attention le terme, au format DIN 5 broches. Sur cette prise on trouve une bonne vieille liaison série full duplex 7 bits à parité paire, ce qui nous donne un lien à 1200 7E1. La sortie (TX) est particulière, elle est à collecteur ouvert, ce qui signifie l’usage obligatoire d’une résistance de pull-up pour lire correctement les bits à ‘1’.

Le mode graphique est d’ailleurs très sommaire, il se compose en fait d’un jeu de caractère spécifique de 2×3 pixels avec exclusivement 2 niveaux de gris sur 8 disponibles par caractère. Le vidéotex c’est 24 lignes de 40 caractères ou VT52 (24 lignes de 80 caractères).

Les Minitels 1 étaient équipés de « mouchards » : deux zones mémoire de 8 caractères qui pouvaient être écrites et/ou lues par le serveur auquel le Minitel était connecté (équivalent d’un « cookie » sur le Web). La Commission nationale de l’informatique et des libertés les déclara illégaux, en particulier parce que le contenu des mouchards ne pouvait pas être directement consulté par l’utilisateur du terminal. Dans la pratique, quelques serveurs49 permettaient à l’utilisateur de consulter ces mouchards et d’y écrire les caractères de son choix. SM permettait aussi d’écrire un message de son choix dans les mouchards d’un autre utilisateur connecté à ce service, qui en était prévenu par un message.

Merci France Telecom

On ne s’imagine pas à l’heure d’aujourd’hui payer aussi cher les services de consultation, de mise en relation des personnes, à une vitesse aussi lente et une qualité graphique médiocre… cela n’empêche que la téléphonie et le minitel a permit de récolter beaucoup d’argent… et L’Etat, ne s’en ai pas plaint… (pourtant mes parents étaient bien furax après réception de la note 0:) ). Il y a des personnes qui en ont fait fortune, je citerai Marc Simoncini qui a découvert à l’époque du minitel tout le potentiel social et fut le créateur par la suite du site internet Meetic. Grâce à ce réseau, nous avions aussi la possibilité de pouvoir communiquer partout en france et ainsi certaines communautés informatiques ont prise racine à travers les entrailles de ces terminaux tel RTEL…

Le minitel le frein de l’internet

Pour beaucoup, l’usage du minitel à été un frein à l’implantation de l’internet, en effet, nous avions déjà une offre de service. Changer les habitudes de certains, n’est pas toujours une chose aisé, néanmoins, l’usage de certains services comme celui de la consultations d’informations simple, depuis internet, à part le temps de connexion, l’accès était “gratuit”, l’ordinateur étant tout de même un outil plus conviviale, relié aussi à des périphériques beaucoup plus agréable que ceux proposé par ce terminal.

Il faut voir aussi la limitation aux informations, contrairement à internet, le développement d’un serveur requerrait un minimum de connaissance en code pour en faire un. la ligne téléphonique RTC et surtout les 1200 bauds ne laissait passer que 150 octet à la seconde. Cela restait tout à fait lent !

2012 C’est la fin des haricots

Le minitel est-il mort en 2012 ? Oui et non Orange Business Services a assuré la commercialisation et la maintenance du réseau X.25 jusqu’en juin 2012, date de fin d’exploitation technique et commerciale. Cette fermeture a entrainé l’arrêt des services Minitel qui s’appuyaient sur ce réseau.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui certains nostalgique de la machine ont décidé de redonner vie à ses braves petites machines, comme Christian Quest, qui fut initiateur de meeting dédié à ces machines. Des étudiants aussi se penchent sur le fonctionnement et en font même leur projet de fin d’étude.

Cette petite machine malgré sa simplicité, et ses limites a su gagner le coeur de beaucoup d’entre nous… même si à l’époque les minitels étaient la propriété de l’état, certains en trouve encore en vide grenier… (tout le monde n’a pas rendu son terminal).

Un choc personnel pour moi tout de même fut de le voir en vitrine au musée de confluence… là on se rends vraiment compte que la machine fait partie désormais du passé.

Le petit + pour les gens qui voudraient encore utiliser le minitel, il existe des site internet qui rendent accessible son usage, et pour avoir tester, ça fonctionne !

Liens :

Chiptune: error [レッドゾーン]

Agenda

Rappelons que l’agenda est celui de la semaine passée lors des rediffusions le samedi.

Festival Manga Mania Montélimar – 5ème Edition

1er et 2 juin,
Montélimar.

Rétro Game Alpes

du Vendredi 31 mai 2019 au Dimanche 2 juin 2019
Espace Claretière à Fontanil-Cornillon

Soirée libre G3L

07/06/2019 de 19:30 à 23:30
MJC Chateauvert, Valence.

Astrologeek

  • SF : Le héros le plus en sécurité est Alba Tor
  • sysadmin : Tu as fait une entorse au protocole, tu as chiffré tes disques… Oui, j’ai LUKSé mes disques !
  • hacker : J’te parle pas, on se connaît ni dev ni d’admin !
  • nolife : mon agenda est rempli de blanc.
  • nerd : Je connais un banquier modo sur un chan irc, mais il se sent seul car IBAN tout le monde.
  • musicien : je ne suis point raciste, j’utilise aussi bien les blanches que les noires.