Émission Underscore #97 du 14 Avril 2018

Voici quelques liens sur les sujets développés :

Décès d’Isao Takahata, le réalisateur du Tombeau des Lucioles

Nolife n’est plus

La chaîne, qui a tout de même réussi à tenir 11 ans, a fini par rendre l’antenne. Elle diffuse encore quelques jours en mode zombie en attendant la coupure du canal.
L’émission radiophonique CPU avait interviewé l’an dernier Cyril Lambin, leur directeur technique.

Voir aussi le site de l’Association des Télespectateurs de Nolife.

NextInpact vient de lancer (et réussir déjà) son crowdfunding

avec des paliers bonus très intéressants : financement de Kimetrak, ebook de vulgarisation sur la vie privée et le chiffrement…

Panne chez Microsoft Office 365

La semaine dernière les services Outlook, Skype et OneDrive étaient indisponibles. L’occasion de rappeler que le Cloud, même quand il n’est pas en panne, ça n’existe pas, c’est juste l’ordinateur d’un autre.

Le Conseil constitutionnel restreint le droit au chiffrement

« Dans sa décision du 30 mars 2018 relative à l’article 434-15-2 du code pénal, le Conseil constitutionnel a refusé de protéger le droit pour une personne suspectée (en l’espèce un soupçonné revendeur de drogues) de ne pas révéler ses clefs de déchiffrement. Alors que de nombreux acteurs du droit et le gouvernement lui-même s’attendaient à une décision ménageant le droit à ne pas s’auto-incriminer – c’est-à-dire le fait de ne pas être contraint de s’accuser soi-même en livrant son mot de passe –, le Conseil rend une décision très décevante. La Quadrature du Net, qui est intervenue dans cette affaire, s’inquiète de cette décision qui risque d’affaiblir durablement le droit au chiffrement. »

Voir aussi sur NextInpact et Numerama.

Qwant va faire un “concurrent” à OpenStreetMap

Enfin plutôt à Google Maps, mais en se basant sur OSM justement. Pour une fois qu’on évite de réinventer la roue ! C’est vrai qu’OSM a un aspect trop technique pour certains, donc avoir un vrai produit fini qui l’utilise c’est bien.

Chiptune: Ultrasyd – Hyperspace

Sujet: Ca me fait tout drône

Comme nous restons aussi de grand enfants, et pas dépressif à en avoir le bourdon, je vous offre aujourd’hui la possibilité de vous faire lever les yeux au ciels, et atteindre les nuages. Attendez vous à ce que nous vous envoyons donc en l’air avec notre sujet du jour. Et oui comme vous pouvez le deviner cette fois ça vole bien plus haut que vous pourriez vous l’imaginer… Mais il faut que j’arrête avec mes jeux de mots pour vous proposer de vous présenter un peu mieux ces magnifiques objets qui volent à quatre hélices : je veux bien évidement parler des drônes.

Historique

Le drône, contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer est bien plus ancien ! les premiers prototypes datent du début du siècle dernier
Le drone est un aéronef télécommandé, c’est-à-dire sans pilote à bord. Il embarque une charge utile qui lui permet de réaliser des missions diverses et variées : surveillance, renseignement, cartographie, transport, vidéo…

La conceptualisation du drone remonte à la fin de la Première Guerre Mondiale. Alors qu’aux Etats-Unis se développe le projet Hewitt-Sperry automatic airplane, en France George Clémenceau, alors Président de la Commission sénatoriale de l’Armée, lance un projet « d’avions sans pilote » : le capitaine Max Boucher met au point un système de pilotage automatique qui fait voler sur plus de cent kilomètres un avion Voisin BN3. Ainsi, dans les années 1920, des avions sans pilote radio-commandés voient le jour, avec les tentatives de torpilles aériennes télécommandées par des ondes de télégraphie sans fil.

La dénomination de « drone » (terme désignant en anglais un « faux bourdon », mâle de l’abeille) a été octroyée dans les années 1930 au Royaume-Uni par comparaison ironique à des Queen Bee : leur vol bruyant, lent et paresseux ressemble plus à celui du bourdon à la vie éphémère qu’à celui d’une reine abeille. Cette dénomination a perduré et s’est institutionnalisée.

Le premier drone français stricto sensu a été conçu, réalisé et expérimenté dès 1923 à Etampes par l’ingénieur Maurice Percheron et le capitaine Max Boucher. Toutefois, l’armée française n’y voyait pas encore d’intérêt militaire.

Dans le domaine civil, l’apparition des drones type parrot dans les années 2000 ont vraiement lancé l’interet du grand public, en effet, il devenait possible de piloter un drône par l’intermédiaire d’un iphone.

Les regles (DGAC Direction general Aviation Civile)

Les risques de chute, de collision avec des personnes ou des véhicules, voire la possibilité d’une utilisation à des fins terroristes, sont tout à fait réels. La réglementation a donc pour objet d’accompagner ce développement en fixant un cadre réglementaire qui permette à la filière de se développer en toute sécurité.

Il existe une carte pour les télépilotes de drones disponible en ligne : La DGAC a élaboré avec le concours de l’IGN (Institut national de l’information géographique et forestière) une carte interactive des restrictions pour les drones de loisir.

Le texte intégral est disponible ici : 2016-10-24-loi-drone-n2016-1428
La proposition de loi prévoit :

pour les drones de plus de 800 grammes : l’enregistrement par voie électronique, la formation des télépilotes, un signalement électronique et lumineux des drones ( sauf opérations dans un cadre agréé et dans des zones identifiées ), un dispositif de limitation de capacités, un système de signalement sonore (déclenchement en cas de perte de contrôle ), une obligation d’information de l’utilisateur à la charge des fabricants de drones.

pour les fabricants et importateurs de drones (incluant les vendeurs d’appareils d’occasion ): la présence dans les emballages des produits et des pièces détachées d’une notice d’information destinée aux pilotes.

une peine maximale de 6 mois , une amende maximale de 15 000 € pour un survol par maladresse ou négligence. Peine aggravée à 1 an et 45 000 € d’amende en cas de survol dans une zone interdite. Possibilité de confisquer l’aéronef.

On se souvient tous de Thomas qui avait fait l’objet d’une sanction suite à son film réalisé avec un drône avec lequel il avait survolé les monuments historiques de la ville de Nancy. sous peine d’une sanction qui peut aller jusqu’à 75.000 euros d’amende et 1 an de prison.

Vrai et faux drones

Il faut distinguer deux types de drône à savoir les quadicoptères qui sont disponibles chez les marchands de jouet qui sont dépourvu de capteurs de GPS ou de positions pourvu simplement d’un stabilisateur leurs permettant de rester stable, l’utilisateur doit lui même doser la puissance et la direction en direct à l’aide d’une télécommande on appelle ça un quadricoptère.

Un vrai drone dispose de capteur lui permettant de maintenir une altitude ou une position géographique quelques soit son environnement. Ainsi si le vent pousse le drône, celui ci sera autonome pour choisir la force pour le maintenir dans la situation programmée. Il est possible de leur programmer un parcours ou les faire réagir en fonction des obstacles. Tout dépends de l’autonomie du drône.

Les applications

Dans le domaine civil

On a différentes applications proposés par les sociétés utilisant des dones.
Dans le secteur de l’audiovisuel, les utilisations sont très variées de la photo/vidéo d’événements privés à la retransmission en direct d’événements plus importants comme le Tour de France ou la réalisation de reportage pour les grandes chaînes de télévision.

En chine les drônes taxi ont fait leur premiers transport de passager depuis cette année.

Les drônes aussi sont de magnifiques jouets qui sont utilisés dans des compétitions internationales de courses qui peuvent se dérouler aussi bien en extérieur ou en salle.

Dans le domaine militaire

Depuis longtemps les drônes sont utilisés pour surveiller des zones, photographier et filmer des points statégiques. Il est possible d’équiper ceux ci d’explosif ou bien de les piloter pour tuer à distance. Ainsi Daniel Suarez dans “Kill Decision” avait écrit un roman a propos de drones utilisés pour tuer. Sa vision est aujourd’hui tout à fait réaliste au vu de la qualité des outils technologique actuelle. Ils sont programmés pour tuer des gens puis faire passer le crime pour une erreur logicielle. Personne ne peut condamner une erreur logicielle et il est impossible de prouver qu’il y ait eu meurtre, si tant est que l’on parvienne à remonter jusqu’au propriétaire du drone ou a un quelconque commanditaire. Finalement faute de textes adaptés, le crime n’est pas légiférable, il n’a donc pas eu lieu au yeux de la loi sans cadre légal

Dans le domaine agricole

Les drônes ont trouvés leurs places dans l’univers agricole. Ainsi leurs usage est effectif dans le survol de parcelle qui permettent ainsi de détecter la conséquence d’usage de pesticide ou bien le contrôle visuel de la production vérifiant aussi la nécessité de traitement. Par exemple avec l’entreprise locale CarbonBee.

Dans le domaine industriel

Les drônes permettent la surveillance d’infrastructures.

Les avantages

Le coté écologique

Un drône c’est quand même moins polluant, moins couteux qu’un vol d’hélicoptère

Le coté économique :

Faites votre propre drone en arduino c’est accéssible moyennant quelques connaissances technique.

Arduino, et son synonyme Genuino2, est une marque qui couvre des cartes matériellement libres sur lesquelles se trouve un microcontrôleur (d’architecture Atmel AVR comme l’Atmega328p, et d’architecture ARM comme le Cortex-M3 pour l’Arduino Due).
Les schémas de ces cartes sont publiés en licence libre. Cependant, certaines composantes, comme le microcontrôleur par exemple, ne sont pas sous licence libre. Le microcontrôleur peut être programmé pour analyser et produire des signaux électriques, de manière à effectuer des tâches très diverses comme la domotique (le contrôle des appareils domestiques – éclairage, chauffage…), le pilotage d’un robot, de l’informatique embarquée, etc.

Les dangers

Hacking des drones, avec une prise de contrôle à distance, on peut s’imaginer que ceux ci serait victime de prise de contrôle par une autre personne que le propriétaire, ainsi en vol, il pourrait être utilisé comme outils pour faire peur, tomber sur la tête des gens…

Ils seraient aussi vecteur de virus, mettons qu’ils soient équipés d’outils permettant de se rapprocher au plus prêt d’infrastructure transmit aux iots au plus proches…

Icarus One à permit de faire des tags à l’encontre de Trump aux Etats unis

Le futur

Le futur des drônes restes une utilité pour relier des zones difficiles d’accès. En Afrique, il est tout à fait envisagé et testé la livraison de médicament dans des zones innacessibles et ce en quelques heures.

On peux imaginer une livraison des produits Amazon par drone.

La surveillance de nos villes pourraient être aussi confiés à ses médias.

On peut aussi faire des jolies choses :

Quelques liens en vrac :

Musique : Générique de fin Nolife

Agenda

  • Atelier adultes : Réalisez votre Kirigami (découpe laser)
    • Découverte de la fabrication numérique
    • Débutants ou expérimentés, fabriquez et repartez avec votre objet. À l’aide d’un animateur, vous découvrirez les processus de fabrication numérique. Chaque trimestre, un objet différent est proposé. À partir de 16 ans.
    • Le kirigami est l’art japonais de couper le papier. De KIRI = couper et GAMI ou KAMI = papier. Pliez votre environnement, votre maison ou tout autre objet de votre choix à partir d’une photo ou d’un dessin (à apporter sur clé USB).
    • 5 places – 25€ – sur inscription
    • Mercredi 18 avril 18h30-20h30
    • 8fablab, rue courre commère, 26400 CREST
  • Formation DPSA WordPress
    • Une nouvelle formation gratuite, réservée aux bénévoles d’association et organisée en partenariat avec Drôme Profession Sport Animation.
    • Cette fois nous aborderons les bases du CMS WordPress, qui fait fonctionner 30% du web aujourd’hui et qui vous aidera à mettre ne place un site internet moderne, fluide, et facile d’utilisation pour votre structure.
    • Jeudi 19 avril, 18h – 20h
    • LATELIER, 3 place du Marché, 26150 die
  • Soirée Libre G3L
    • Le 20 avril, 19h30
    • MJC Chateauvert, Valence
  • Les rencontres de la French Tech in the Alps Valence-Romans #2
    • Programme prévisionnel :
      • Un temps de conférence et d’échanges
      • témoignage d’entreprises locales qui innovent et se développent au sein de notre écosystème et à international
      • le point sur la French Tech, les actions réalisés en 2017 et prochaines échéances en 2018.
    • 20/4/2018
    • Les CLEVOS, 390 Route de Marmans, 26800 Étoile-sur-Rhône

Astrologeek

  • gamer : l’ordinateur gagne au échecs ou jeu de go face aux grands champions, mais est il capable d’être fière d’avoir gagne ? ou triste d’avoir perdu ? sur ce point , l’homme sera toujours le meilleur !
  • sysadmin : espionner les paquets égyptiens, c’est DPIsant…
  • technophile : As-tu trouvé l’AP intérieur ? (Le point d’accès interne)
  • demomaker : here we are, je suis thomsoniste, je suis immortel !
  • codeur : Ohé, ohé, branche de dev abandonnée…
  • amigaïste : Pas de podcast d’Amiga Impact ce dimanche ? C’est un jour à sortir la Vampire alors, si y a pas d’AI !