Émission Underscore #96 du 7 Avril 2018

Voici quelques liens sur les sujets développés :

Cambridge Analytica aurait exploité des données Facebook de millions de gens pour favoriser l’élection de Trump

Enfin, le problème ne serait-il pas plutôt Facebook ?
Le co-fondateur de WhatsApp (rachété depuis par Facebook) a tweeté pour demander à tout le monde de supprimer son compte Facebook.
Voir aussi le billet de blog de Carl Chenet.

Vivendi revend ses 5% d’Ubisoft à une entreprise chinoise…

je sais pas vous mais ça me donne encore moins envie d’essayer leurs jeux.

Qarnot Computing mise sur les cryptomonnaies

L’entreprise qui proposait déjà des radiateur-ordinateurs vous permettant de louer leur puissance de calcul contre un chauffage propose désormais de les utiliser pour miner des cryptomonnaies pour vous chauffer… et vous faire gagner de l’argent. Pourquoi pas, mais en été ça reste assez inutile.

Qwant comme moteur de recherche par défaut dans le prochaine Firefox

Les FAILs du mois

Chiptune: Foster the People – Pumped up Kicks (Bridge and Law Remix)

Sujet: A quoi tu joues : A l’abordage !

Aujourd’hui je vais un peu tester vos connaissances en matière de jeu vidéo ! On va commencer simplement. Si je vous dit plate-forme et plombier vous me dites…

Sauf que le jeu n’a rien à voir avec la plomberie un seul instant, mais bref, suivant. Si je vous dit course de hérissons…

Bon ok. Si je vous dis point & click et aventures de pirates, vous me dites ?

Perdu ! C’était le piège salaud du soir, merci. Non, je vais pas vous parler de Monkey Island puisque tout le monde connaît et tout le monde sait que c’est un chef d’oeuvre à faire absolument (Même ceux qui ne savent pas jouer, allez-y foncez : c’est un jeu d’aventure où vous ne pouvez pas perdre. Tourner en rond, chercher en vain un objet ou bloquer bêtement sur une énigme avant de se rendre compte que, bon sang, c’était pourtant tellement évident qu’il fallait utiliser une banane sur un métronome pour hypnotiser un singe pianiste afin de pouvoir l’utiliser sur un tuyau de plomberie pour couper l’arrivée d’eau d’une cascade et découvrir un tunnel de maintenance immergé dans une île des Caraïbes. Bref, vous pouvez jouer, chercher la solution et tourner en rond des heures, mais même en étant aussi mauvais qu’un album de Jul, vous ne POUVEZ pas tomber sur un écran de Game Over, c’est pas possible, il n’existe pas.

MUSIQUE – INTRO

Donc dans Monkey Island, il est impossible de perdre, mais là c’est franchement pas le cas du titre dont je vais vous parler aujourd’hui, qui est lui aussi un point’n click dans un monde de pirates, mais complètement différent dans son ambiance, dans son esthétique et même carrément dans son approche du jeu d’aventure.

Zack & Wiki : Le Trésor de Barbaros, c’est paru sur Wii fin 2007, juste un an après la sortie de la console. C’est donc un jeu d’aventure en point’n click dans la mesure où on ne dirige pas directement son personnage, mais on lui indique où se rendre, en pointant une zone ou un élément à l’écran, grâce au curseur de la Wiimote. En temps normal les consoles sont pas les supports les plus aptes à accueillir ce type de jeux mais avec la Wii, pas de problème. D’ailleurs il y a eu d’autres jeux d’aventure dans le même genre sur la console de Nintendo : Tales of Monkey Island, Retour vers le Futur, Les Chevaliers de Baphomet Directors’ Cut… Mais Zack & Wiki a une particularité : c’est l’un des très rares point’n click réalisé par un studio japonais, en l’occurrence Capcom. D’ailleurs, d’habitude le studio est plutôt réputé pour sa manie de recycler la plupart de ses titres célèbres ou par sa propension à réaliser des suites, des spin-off, voire des suites de spin-off : Resident Evil en est au huitième épisode (en comptant le zéro, mais en excluant tous les épisodes annexes), Street Fighter II, puis le IV ont connu une succession de mises à jour aussi énervantes qu’indispensables, et Mega Man… Ben Mega Man, entre la série classique, la série dérivée X, les Mega Man Zero et les Battle Network, ça fait bien longtemps que j’ai arrêté de compter. Mais là, avec Zack & Wiki, Capcom fait vraiment preuve d’innovation, avec une toute nouvelle licence mais aussi un gameplay qui réinvente carrément le point’n click. Mais bon, l’innovation, ça fait peur aux joueurs et forcément, les ventes du jeu ont fait un gros flop. Plus de deux ans après sa sortie en Amérique du Nord et même après plusieurs baisses de prix, le jeu s’est vendu aux Etats-unis à seulement 126 000 exemplaires… Pour un jeu de cette trempe, c’est juste dérisoire. Du coup, on comprend mieux l’entêtement de Capcom a relancer toujours les mêmes licences.
Mais revenons au jeu. Alors un mot rapide sur l’histoire : le joueur incarne Zack, un jeune pirate amateur de chocolat membre de l’équipage des Lapins des mers, à la recherche du trésor légendaire de Barbaros, également convoité par les Rose Rock (une troupe de pirates menés par le capitaine Rose) et toujours accompagné par son acolyte Wiki, un singe mécanique doré doté des pouvoirs et capable de se métamorphoser en cloche afin transformer certains animaux en outils Voilà. Quand je disais que c’était original, c’était pas exagéré.

Même visuellement, Zack & Wiki se démarque des productions de son époque, en affichant des graphismes en cel-shading (une technique graphique qui remplace les dégradés de couleurs par des aplats, ce qui donne un rendu proche de celui d’un dessin animé. D’ailleurs, souvent dans les jeux utilisant cette technique, les personnages sont aussi entourés d’un trait noir plus ou moins épais afin de renforcer l’illusion). Pourquoi du cel-shading donc, alors que la tendance des jeux en cel-shading était déjà passée en 2007 ? Hé bien pour donner de la personnalité au jeu, certes, mais aussi pour masquer au mieux les carences techniques de la Wii comparées à ses rivales du moment, la Xbox 360 et la PS3, qui affichaient, elles de la HD.

Passé le premier choc visuel (plutôt agréable cela dit, le jeu est très joli, très coloré, avec des personnages mignons et des décors plutôt chouettes), le truc qui étonne c’est la structure du jeu. Il n’y a pas une seule quête découpée en quelques chapitres, mais plusieurs mondes de quelques niveaux (4 ou 5 en moyenne), tous indépendants les uns des autres. Donc quand on termine un niveau, on ne conserve pas ses objets pour le suivant (d’ailleurs Zack ne peut porter qu’un objet à la fois). L’autre truc qui frappe, c’est qu’il y a un système de points ! Alors comment ça peut fonctionner dans un point & click, ben c’est très simple : si vous effectuez une action au bon moment et que vous la réussissez du premier coup, vous aurez un score maximal (40 000 pts sur 40 000 par exemple). Par contre, si vous êtes aussi doué avec la Wiimote que Ribéry avec la langue française, ben vous allez certainement vous planter et collecter 100 points sur 40 000, parce que vous avez réalisé une action trop tôt ou que vous avez simplement foiré l’action souhaitée. Et c’est là qu’on réalise à quel point le jeu a été complètement pensé pour la Wii. Le gameplay ne fait pas qu’exploiter le pointeur de la Wiimote comme simple curseur, mais le détecteur de mouvements de la manette est vraiment mis à contribution (d’ailleurs pas besoin de Nunchuk, ça se joue avec la télécommande Wii seule).

Le simple fait de secouer la télécommande va par exemple faire sonner Wiki, qui se transforme en cloche. Alors à quoi ça sert, ben comme je disais plus tôt, à transformer les êtres vivants en objets inanimés plus ou moins utiles. Par exemple, un serpent devient une pince (pour attraper des objets un peu éloignés), une grenouille devient une bombe, un mille-patte devient une scie, etc. Vous imaginez ça dans la vie réelle ? Ce serait top. Tu secoues ta cloche à côté d’une vache, t’as un hamburger tout prêt ! Tu la secoues à côté d’un Gérard Depardieu, il se change en cave à vin ! Tu secoues ta cloche à côté d’un député LREM, il se change en ventilateur. Comme ça il continuera à brasser de l’air tout en fermant sa gueule.
Hélas, ça ne marche que dans Zack & Wiki mais quand même, ça marche dans les deux sens. D’ailleurs c’est indispensable pour résoudre certaines énigmes bien compliquées et tordues, mais toujours cohérentes. Mais pour en revenir à l’utilisation des outils, puisque c’est vraiment en cela que le jeu est pensé pour la Wii, et bien c’est tout bête : dès qu’on s’apprête à utiliser un objet, l’action se fige et vous montre de quelle façon tenir la Wiimote avant de l’utiliser. A deux mains face à l’écran pour scier, en faisant des gestes rapides d’avant en arrière. Alors par contre, je vous conseille de fermer les volets chez vous quand vous jouez parce que le geste pourrait être mal interprété par un passant qui vous verra vous agiter fébrilement devant votre écran ; ça peut prêter à confusion.
Y’a quand même des gestes moins équivoques (je rappelle que c’est un jeu tout public), comme la manivelle, le balancier, le batteur, le levier, etc. Pivoter la wiimote ou donner un coup sec avec permet de retourner un objet, et ça c’est pas toujours facile à deviner alors que c’est parfois impératif pour boucler un niveau. bref, il y a plein de petits trucs à découvrir, et je m’en voudrais de gâcher ça. C’est vraiment un jeu à découvrir d’urgence, si vous avez une Wii, foncez pendant que le tarif d’occasion est encore abordable, vous pouvez facilement le trouver sur le net pour moins de 10€ d’occas’.

Alors j’avais dit au début de ma petite présentation que j’allais tester vos connaissances en matière de jeux vidéo, on va continuer un peu. Faut savoir que Zack & Wiki est truffé de bonus à découvrir, notamment des artworks, des modèles 3D, des musiques et aussi des trésors secrets représentés par des sprites de jeux cultes de Capcom, bien planqués dans chacun des niveaux. Dans certaines zones, il y a aussi un petit chef d’orchestre à éveiller avec la cloche, et lorsqu’il est prêt, il vous propose de jouer les chefs d’orchestre avec la télécommande Wii, en faisant de petits mouvements secs au bon moment en suivant le rythme et les indications à l’écran. C’est facile à dire mais très difficile à appliquer, mais le truc qui fait plaisir, c’est que les musiques disponibles sont issues de jeux Capcom ! Et c’est la que je vais tester un peu vos connaissances, on va en écouter quelques unes, vous allez tenter deviner ce que c’est.

Agenda

Astrologeek

  • otaku : Les poneys parlent nippon aussi… ben oui, leur langage“locale” c’est ja_PONEY !
  • sysadmin : A chaque fois que je refais les configs , j’ai toujours des boutons (clavier)
  • oldschool : devant une ps4 , j’ai pas prise sur la console (connecteur Atari)
  • technophile : Ce bus série est très rapide… Oué, il va bit !
  • nolife : Oué, t’as réussi à pondre les astrologeek ! Euh, je dis pondre, mais c’est moi qui fait des euh à l’antenne 😀
  • codeur : il arrête pas de planté son programme . il sait pas coder ? Non il est végan