Émission Underscore #138 du 7 avril 2019

Actu

Le Premier ministre veut un bilan de l’Open Data et la fin des redevances à horizon 2022

C’est visiblement très dur de faire de l’OpenData dans l’administration, comme le rappelle NextInpact. C’est pas comme si on payait pas déjà ces données par nos impôts, hein…

Le serveur web libre Nginx bientôt racheté par un concurrent, 670 millions de dollars

Il devrait “rester opensource”… bon sinon on le forkera.

La Poste constituerait une base de données géante sur « tous les français »

Bastamag reprend un article du journal grenoblois « Le Postillon » qui dénonce un projet qui va bien plus loin que les adresses postales, avec des « données enrichies de critères géographiques, socio-démographiques et comportementaux ». Un vrai fichage en règle quoi, que La Poste entend bien revendre à plein d’entreprises bien sûr.

Les « solutions » de Mounir Mahjoubi pour contrôler l’accès des mineurs aux sites porno…

Il propose d’utiliser des “tiers de confiance” :
« Le tiers de confiance est une option crédible, parce que c’est une option qui est testée ailleurs. Mais l’État ne va pas demander une pièce d’identité pour aller sur des sites pornos. »

Heureusement, et pourquoi pas la feuille d’impôts des parents aussi. Il fume quoi Tonton Mounir ?

Chiptune: mechatronics More Classix (What You See)

Sujet: Il était une fois le MSX par MedBel

MSX: trois initiales qui ont fait peur au cœur de l’industrie informatique britannique naissante. Les Japonais arrivaient et les pionniers britanniques de la technologie étaient inquiets de ce que cela pourrait signifier. Des entreprises d’Extrême-Orient, telles que Sony, JVC, Sanyo et Pioneer, avaient payé les constructeurs hifi de chaînes de télévision grand public britanniques, et d’autres avaient tué les industries britanniques de la moto, de la caméra et de l’horlogerie. Et maintenant, ils pourraient faire la même chose pour nos entreprises informatiques.

Mais les gens de Sinclair, Acorn, Oric, Dragon, Camputers et compagnie n’ont pas à s’inquiéter. MSX et les entreprises soutenant la norme n’auraient jamais l’impact escompté par les autochtones. Mais leurs craintes initiales n’étaient pas déraisonnables: les cartes semblaient empiler en faveur des envahisseurs.

Les entreprises japonaises proposaient une plate-forme matérielle et logicielle unique, garantissant la compatibilité totale des applications et des jeux sur des machines de différents fabricants, presque toutes réputées pour la qualité de leurs produits et leurs prix agressifs. Et Microsoft, le développeur de l’élément le plus proche d’un dialecte standard de base à l’époque, était également derrière.

Microsoft annonça officiellement la plate-forme MSX le 16 juin 1983. Onze jours plus tard, Canon, Fujitsu, Hitachi, JVC, Mitsubishi, National, Sanyo, Sony, Toshiba, Yamaha et d’autres sociétés japonaises, ainsi que les sociétés coréenne Goldstar (maintenant LG) et US-Hong La société Kong, Spectravideo, a annoncé qu’elle soutiendrait le nouveau standard envisagé. La plupart expédieraient leurs équipements au Japon bien avant la fin de l’année.

Toutefois, MSX est à l’origine de deux ans auparavant, soit en 1981 et en août, du PC IBM, alias le 5150. Les machines domestiques existantes contenaient des processeurs 8 bits, mais le processeur Intel 8088 d’IBM 5150 était un processeur 16 bits.
Même si le 5150 avait été conçu pour les utilisateurs professionnels, il a été perçu par de nombreux observateurs comme le début de la fin de l’ère de la micro-informatique 8 bits, créée au milieu des années 70.

Kazuhiko “Kay” Nishi, cofondateur de Ascii Corporation, un éditeur japonais de magazines d’informatique qui a fait irruption dans le secteur de la distribution de logiciels à la fin des années 70, l’a convaincu. Au début des années 80, il a été créé en tant que Microsoft Japon de facto . Nishi lui-même était devenu le vice-président de Microsoft pour les opérations en Extrême-Orient. Il s’est
rendu compte que tous les ordinateurs allaient bientôt passer à l’informatique 16 bits, mais il leur restait juste le temps de définir «une dernière machine ultime en 8 bits».

Pas seulement une machine isolée, mais aussi une machine qui servirait de base à une plateforme.

«J’ai réalisé que notre IBM Basic serait la norme pour les entreprises et que de nombreux fabricants fabriqueraient des micros compatibles avec IBM», a-t-il déclaré quelques années après le lancement de MSX. “Je pensais que nous pourrions pousser plus loin ce concept sur le marché intérieur.”

L’intérêt suscité par le PC IBM a rapidement conduit à des machines compatibles proposées par des fabricants rivaux, qui ont pris la version du système d’exploitation sous marque propre de Microsoft, concédée sous licence à IBM Ils l’ont combinée à la technologie de processeur Intel et à un BIOS compatible pour produire « Clones IBM »qui exécuteraient des applications et des utilitaires écrits pour le 5150.

Si une plate-forme commune pour l’informatique professionnelle pouvait être établie autour d’un produit Microsoft et d’une spécification matérielle principale, pourquoi, alors, raisonna Nishi, ne pourrait-il en être de même du marché de l’informatique domestique? Et ainsi est née la notion plus tard intégrée dans MSX – abréviation de “Machines à échange de logiciel”, a toujours insisté Nishi.

Mais l’idée a été plus profonde: pour développer une plate-forme, les entreprises d’électronique grand public pourraient intégrer leurs offres plus traditionnelles. Des entreprises comme Panasonic et Sony, a déclaré Nishi, en tant que grands producteurs de téléviseurs, pourraient décider de doter chaque téléviseur d’une capacité informatique. “Dans le cas de Yamaha, il s’agit d’un très grand fabricant de clavier, il intègre donc l’ordinateur dans un clavier”, a déclaré Nishi. Dans chaque cas, MSX pourrait être cet ordinateur. Cela pourrait être, a-t-il pensé, la base de ce que nous appellerions aujourd’hui un dispositif “intelligent”.

Bill Gates était enthousiaste. Et pourrait voir une portée plus large. Quelques années plus tard, il annonçait: «Grâce à une interface standard entre logiciel et matériel, où le matériel est très volumineux, les fabricants de puces peuvent créer des puces spécialisées qui reprennent les fonctions de MSX qui étaient à l’origine composées de 20 et travaillait lentement sur une seule puce pour que le prix du produit soit suffisamment bas pour qu’il soit intégré dans les téléviseurs un jour. ”

Au cours de l’été 1982, MSX n’était toujours pas nommé ni défini. C’est à ce stade que Spectravideo – une société américaine fondée en 1981 et dirigée par deux Américains, Alex Weiss et Harry Fox, mais opérant à Hong Kong – entre dans l’histoire. Spectravideo était en train de concevoir un micro-ordinateur domestique à faible coût pour concurrencer Atari, Commodore et Texas Instruments aux États-Unis.
Il avait besoin d’une version de base et s’est tourné vers Microsoft pour la lui fournir. Étant basé en Extrême-Orient, il a naturellement choisi de traiter avec Nishi. Un accord a été conclu et Spectravideo a nommé un Steve Ting pour assurer la liaison avec
Microsoft.

Ting travaillait en étroite collaboration avec deux programmeurs Ascii-Microsoft connus sous le nom de Rick et Jay. Il les poussait à combiner les meilleurs éléments de l’Extended Color Basic de Microsoft destiné à la maison et du GW Basic 16 bits écrit pour le PC IBM. Le résultat, nommé “Cornflake”, deviendra SVI Basic en Spectravideo et, pour Microsoft, MS Basic 4.5.

À l’hiver 1982/1983, le matériel de Spectravideo a été conçu. Ce n’était pas tout à fait la machine à 100 dollars que Weiss et Fox espéraient offrir, mais c’était devenu un produit qui pouvait également être présenté aux entreprises. Deux versions ont donc été conçues: un modèle de base et une avec un meilleur clavier et plus de mémoire.

Nishi a vu dans la spécification de base de Spectravideo la base de la plate-forme d’ordinateur domestique à laquelle il pensait depuis plus d’un an. Il a commencé à présenter l’idée aux différentes sociétés japonaises d’électronique grand public qui avaient également commencé à contacter Microsoft afin de lui octroyer une licence pour sa version du langage de programmation de base pour les micros domestiques qu’elles prévoyaient.

Parmi eux, Sony et Matsushita – maintenant appelés Panasonic, bien qu’ils aient publié plus tard des ordinateurs MSX sous ses marques Panasonic et National – s’intéressaient particulièrement à la notion de Nishi et acceptaient de travailler en étroite collaboration avec Microsoft pour créer une plate-forme commune.

Venant des marchés de la télévision et de la chaîne hi-fi, ces entreprises ont compris l’idée de vendre du matériel sur la base de normes de supports d’enregistrement et pourraient facilement étendre le concept aux ordinateurs. Ils pensaient que la compatibilité – la façon dont n’importe quelle platine cassette pouvait lire une cassette préenregistrée, par exemple – générerait des ventes à un point tel qu’il y aurait un marché pour le kit de tous les fournisseurs, et qu’il n’y aurait pas besoin de tête agressive et désinvolte. et de concurrence à la tête pour les ventes de matériel.

Cela pourrait marcher, moins cher aussi. En 1984, Selon Nishi, «Une fois que MSX sera disponible dans le monde entier, les fabricants seront en mesure de répartir leurs coûts de développement sur un volume de vente important» , Nishi, se rappellant sans aucun doute les conversations qu’il avait eues avec les fournisseurs de matériel. «Le coût de développement de périphériques pour MSX est faible, car tout produit ajouté fonctionne avec plus de 20 marques.»

SVI Basic est ensuite devenu MSX Basic lorsque la stratégie de marque de la nouvelle plate-forme a été définie. Cet accord conclu entre Microsoft et Spectravideo rendait cela possible. En effet, la société américano-hongkongaise a rapidement adhéré à la marque et à la plate-forme MSX.

La plate-forme imaginée par Spectravideo, qui a ensuite été affinée par Nishi et ses partenaires japonais, comprend le populaire processeur Z80A 8 bits vieillissant, cadencé à moins de 3,6 MHz. Il a été associé à une puce d’affichage Texas Instruments 9918 et à un processeur de son de General Instruments, l’AY-3-8910, pour un son à trois octaves et huit octaves acheminé via le haut-parleur du téléviseur connecté. Une puce d’interface de périphérique programmable Intel 8255 gérait les Entrées / Sorties.

Ces trois dernières puces, dans un micro conçu au Royaume-Uni, auraient été combinées en une seule partie personnalisée en silicium appelée ULA, abréviation de «Uncommitted Logic Array», fabriquée à moindre coût et, grâce à l’intégration, nécessitant moins d’espace pour la carte mère chips. C’est l’une des raisons pour lesquelles certaines machines MSX sont devenues tellement plus chères que nombre
de leurs rivales britanniques.

D’autres ont utilisé la puce dite MSX Engine, une pièce fabriquée par Yamaha qui combinait les capacités de la puce audio GI, de l’Intel 8255 et d’une autre logique de contrôle de périphérique. Cela a permis de réduire un peu les coûts.

Les machines MSX devaient également disposer de 32 Ko de rom pour Microsoft Extended, d’au moins 8 Ko de RAM pour les programmes utilisateur et de 16 Ko de RAM pour le tampon vidéo. La puce TI 9918 fournirait des graphiques 16 couleurs sur un écran 256 x 192, bien que chaque octet de huit pixels puisse prendre en charge deux couleurs seulement; les valeurs de 16 couleurs ont probablement été stockées sous forme de nombres à quatre bits, deux par octet. Ainsi, 12 Ko au total pour la carte de pixels et la valeur de couleur.
En plus de l’écran haute résolution, MSX Basic de Microsoft prend en charge la version 40 x 24 séparée – les trois dernières lignes sont dédiées aux étiquettes à l’écran indiquant les affectations de touches de fonction – et les modes 32 x 24 en mode texte uniquement, ainsi qu’un mode”basse résolution”. Mode graphique 64 x 48. Cela permettrait également jusqu’à 32 sprites programmables.
Une interface de cassette viendrait en standard sur les ordinateurs MSX, tout comme un port de manette de jeu de style Atari et un logement de cartouche Rom.

La spécification MSX n’a pas déterminé uniquement les éléments internes: toutes les machines de la marque MSX devaient comporter quatre grandes touches de curseur, que la plupart des micros étaient placées à droite du clavier. Il devait également y avoir dix touches de fonction, généralement placées au-dessus du clavier, la touche Maj faisant en sorte que cinq touches physiques fonctionnent comme dix.
Certaines touches de fonction devaient être mappées aux commandes MSX Basic, notamment GOTO, LIST et RUN.
La plate-forme Qwerty elle-même devait incorporer des touches spéciales de modification des graphes et des codes pour les caractères graphiques et autres glyphes. Les touches Clear Screen / Home, Insert et Delete facilitent l’édition des programmes, tandis que Select and Stop peuvent être utilisé dans le code pour améliorer l’interaction de l’utilisateur.

«La politique japonaise est évidente», écrit Max Phillips dans l’hebdomadaire Personal Computer News après le lancement du 27 juin. «MSX a été conçu pour le marché domestique japonais, où l’absence de logiciels nuisait à la croissance des ordinateurs personnels. MSX transforme les ordinateurs domestiques en lecteurs de disques … le logiciel devient interchangeable.

«À plus grande échelle, MSX risque de donner du fil à retordre à tous les grands producteurs britanniques. Les éditeurs de logiciels verront peu d’intérêt dans l’écriture pour les machines non standard, avec de petites bases d’utilisateurs. Avec MSX, ils peuvent écrire un programme pour toute une gamme de machines. Cela semble peu probable ? CP / M (ce qui veut dire quoi ???) offrait beaucoup moins de compatibilité [que MSX], mais vous auriez du mal à trouver la machine professionnelle 8 bits la plus vendue sans celle-ci. ”

Les parieurs préféreraient-ils cela à la panoplie actuelle de micros maison largement incompatibles? Nigel Searle, alors médecin de Sinclair Research, était sceptique. En 1984, il a déclaré à Your Computer qu’il pensait que la normalisation de Microsoft était arrivée trop tôt. Mieux, at-il dit, d’attendre la prochaine génération de machines domestiques basées sur des processeurs 16 ou 32 bits. Pensée présciente ou fanfaron induit par la peur?

Pendant ce temps, la machine MSX a commencé à bouger. Microsoft a annoncé qu’une version centrée sur MSX de MS-DOS semi-compatible avec le système d’exploitation CP / M de Digital Research, qui s’appellera bien entendu MSX-DOS, sera disponible en octobre 1983. Elle a été créée par le rédacteur original de MS-DOS, Tim Paterson , de retour à Seattle. Au même moment, les six premières machines de
fournisseurs japonais ont été présentées au Japan Data Show.

La société américaine Spectravideo avait déjà annoncé ses premières machines MSX, du moins aux États-Unis, et les avait lancées au cours de la dernière partie de 1983. Ses deux offres étaient la SVI 318 et la SVI 328, l’ancien micro à 199 €. dans le joystick, 32 Ko de RAM – 16 Ko dont, rappelons-le, était dédié aux graphismes selon les spécifications MSX – et 32 Ko de Rom.

Le SV328 est venu avec un total de 80 Ko de Ram et 48 Ko de Rom. Il manquait le joystick de la machine la moins chère, mais compte tenu de son prix plus élevé et de l’accent mis sur les utilisateurs plus sérieux, il disposait d’un pavé numérique séparé à côté du clavier.

Les deux machines nécessitaient un enregistreur à cassette dédié – une astuce mise au point par le fournisseur américain Commodore – et Spectravideo offrait une gamme d’accessoires, notamment des modules complémentaires pour lecteur de disque et interface d’imprimante Centronics, ainsi que des cartes d’extension Ram.

Tout va bien, sauf que les machines de Spectravideo n’étaient pas entièrement compatibles avec la spécification MSX. Après tout, ils avaient été conçus avant que les spécifications MSX ne soient définies. Lorsque la nouvelle a été annoncée au Royaume-Uni, Tony Noble, responsable du distributeur d’ordinateurs The Gamekeeper, la société détaillant l’essentiel des importations de Spectravideo, a déclaré
à PCN : «Nous avons presque tout renvoyé”.

Le distributeur britannique de Spectravideo, basé à Weston-Super-Mare, CK Supplies, a déploré le fait qu’il avait été “mal informé” par le fabricant, qui aurait proclamé la compatibilité totale avec MSX dans toutes ses publicités jusque-là.

Spectravideo elle-même a déclaré que ses machines étaient conformes à la spécification MSX telle que définie à l’origine et que ce n’était pas la faute des entreprises que la norme ait changé après la mise en production de ses machines. CK a promis un adaptateur de 30 € pour corriger l’incompatibilité de l’emplacement de la ROM. Spectravideo lui-même finira par lancer une machine MSX entièrement
compatible, la 728, à l’automne 1984.

En janvier de la même année, toutes les machines étaient en vente au Japon, mais peu d’entre elles étaient déjà apparues ici. Elles ont été dévoilées aux principaux détaillants britanniques lors d’un événement spécial organisé début février en marge du salon britannique Toy and Hobby Fair. Il devenait de plus en plus évident que la plupart des machines – sinon toutes – ne seraient pas largement disponibles d’ici. six ou sept mois.

En effet, pour aider à garder la tribune dans l’esprit du public, les nouveaux Sonys, Toshibas, Yamahas et autres ont été à nouveau exposés, cette fois à la presse, en mai.

Bien sûr, alors que les prix des machines étaient initialement prévus à moins de 200 €, les fabricants de MSX disaient simplement maintenant que les prix seraient «concurrentiels». Les partisans britanniques du standard, réunis sous la direction de Toshiba sous le groupe de travail MSX, revendiquaient désormais tous les principaux éditeurs de logiciels britanniques, parmi lesquels Psion,

Quicksilva, Virgin, Melbourne House, Thorn EMI, Silversoft et Hewson, travaillaient sur des jeux pour la plate-forme. Bug-Byte, Kuma, Aligata, Ocean et Ultimate envisageaient également de s’y lancer.

Certains initiés, cependant, ont affirmé que les développeurs de logiciels avaient été amenés à développer des jeux MSX par les fans de la plate-forme au sein de grandes chaînes de détaillants britanniques.

Il n’est donc pas étonnant que les fabricants de matériel informatique commencent à se demander s’ils doivent également participer. Il y avait déjà eu une ou deux rumeurs selon lesquelles le micro-fabricant gallois Dragon Data envisageait de lancer une machine MSX; sa société mère, GEC, était l’une des sept autres sociétés européennes connues pour parler à Microsoft de l’octroi de licences à MSX.

“Notre point de vue, à l’heure actuelle, est que MSX, est ce que nous allons faire”, a déclaré le directeur du marketing de Dragon, Kevin Stephens, à Popular Computing Weekly . “Si c’est le cas, nous ferons presque certainement également des logiciels pour MSX.” En quelques semaines, cependant, GEC avait appelé les récepteurs pour gérer la vente ou la fermeture de Dragon Data. GEC a indiqué qu’elle envisageait toujours de rechercher une licence MSX, mais que cela ne donnerait rien. En octobre, GEC a déclaré qu’une machine MSX n’était plus sur ses cartes et que la société envisageait de s’impliquer ou non dans le marché des ordinateurs personnels.

La suite des aventures de MSX la semaine prochaine…

Agenda

Rappelons que l’agenda est celui de la semaine passée lors des rediffusions le samedi.

Réunion d’information sur les monnaies libres à Romans

Une réunion d’information sur les monnaies libres aura lieu à Romans, avec présentation de la TRM et la Ǧ1.

Le Mardi 9 avril 2019 (18h30)
Maison de quartier des Ors, 26 rue Magnard, 26100 Romans

Réunion d’information sur les monnaies libres à Valence

Une réunion d’information sur les monnaies libres aura lieu à Valence, avec présentation de la TRM et la Ǧ1, puis Certif-Party.

Le jeudi 11 avril à 19h
La forge Collective, 8, rue Baudin 26000 Valence

Astrologeek

  • roliste : T’as vu un ELF ? Non, comme dirait COFF, c’est d’la merde comme format !
  • sysadmin : Avant je tirais les cartes perforées , après j’étais magnétique sur les bandes , ici je suis devenu plus dur (disque dur)…
  • libriste : Si on oublie de mettre Debian Sid à jour, ça fait du vinaigre de Sid ?
  • technophile : J’ai oublié de verrouiller mon téléphone avant de le mettre dans ma poche… “Il envoie des messages tout seul… Il envoie des messages tout seul!”
  • hacker : Je suis ton ami , je marche dans tes souliers (son ordi est le mien)
  • codeur : Dans la ROM antique, on avait pas beaucoup d’adresses… #ironème