Émission Underscore #148 du 16 juin 2019

Actu

FAILs du mois

Chiptune: Tangerine Dream – Le Parc (L.A. – Streethawk), live by Kebu @ Sthlm Italo Disco Party 2015

Sujet: Les principaux types de synthèses sonores (MedBel)

Qu’est-ce que la synthèse?

La synthèse sonore consiste à utiliser l’électronique pour créer une onde sonore de tension électrique à partir de rien, puis à la contrôler et à la modifier .

Qu’est-ce qu’un oscillateur?

Un oscillateur est une source sonore électronique . C’est le dispositif qui crée l’onde sonore de tension électrique dans un synthétiseur. Les oscillateurs peuvent être analogiques ou numériques .

Avant le contrôle numérique, les synthétiseurs analogiques utilisaient un agencement d’interconnexion de signaux de tension , c’est à dire des portes contrôlées pour déclencher leurs divers composants.

Par exemple, une touche qui est une note jouée sur un clavier enverrait une tension de commande à un oscillateur pour lui indiquer la hauteur à produire, et une autre tension de commande à une enveloppe qui “instruirait” à son tour un “amplificateur” de l’enveloppe de volume de le son tel qu’il est sorti de l’oscillateur.

Depuis le début des années 1980, le MIDI est le principal moyen de contrôler et de reproduire un synthétiseur à partir d’un contrôleur externe, et une interconnexion numérique interne a remplacé les signaux de commande.

Au début de la synthèse, alors que seuls les systèmes modulaires étaient disponibles, des sons étaient créés en connectant des modules avec des cordons et en ajustant les paramètres de chaque module. Les réglages et les connexions des cordons de raccordement pour un son ont été appelés correcteurs . Le rappel d’un correcteur était un processus laborieux jusqu’à ce que les synthétiseurs de performance commencent à intégrer le contrôle par microprocesseur et que la mémoire ROM soit développée pour stocker une configuration de correctif sous forme numérique .

Il n’existe toujours aucun moyen de stocker un patch créé avec un système analogique modulaire .

Le concept de base de toute synthèse est que vous travaillez principalement avec 4 formes d’onde de base:

Les superposer et les moduler les uns avec les autres dans certaines fréquences. Ensuite, vous façonnez le son avec des amplificateurs et des enveloppes filtrantes pour atteindre la longévité souhaitée.

Vous êtes habitué à identifier des intervalles de musique par leur qualité sonore toujours présente. Vous pouvez faire la même chose avec les formes d’ onde . Pratiquement tous les synthétiseurs sur le marché utilisent les quatre formes de base.

De nombreux types de synthèse ont été inventés depuis les premiers synthétiseurs analogiques commerciaux réussis (et abordables) à la fin des années 1960 (voir les synthétiseurs précédemment).

Chacun de ceux-ci a trouvé une armée de fans dévoués et offre un large éventail de possibilités sonores. Ces types de synthèse sont responsables du son de la musique d’aujourd’hui, et si vous voulez suivre, vous devez au moins avoir une compréhension de base de leur sonorité.

Ensuite, vous pourrez créer vos propres timbres musicaux et votre son unique!

Une table d’ondes est un ensemble de formes d’onde à cycle unique , ou essentiellement des échantillons d’audio , qui sont lus en boucle pour produire une forme d’onde périodique ou un son ou une sonorité continue. La vitesse à laquelle ces formes d’onde sont lues ou la vitesse entre chaque cycle de boucle détermine ce que vous et moi appellerions hauteur ou fréquence. et dans le monde audio numérique, une note MIDI est essentiellement ce qui détermine cette vitesse. En un sens, la synthèse par table d’ondes peut être considérée comme une forme d’ échantillonnage très spécifique . Mais avec l’intention de transformer et d’animer rapidement entre les différentes formes d’ondes à cycle unique, au sein de ces échantillons , au fil du temps .
la synthèse sonore fait l’utilisation d’une table avec différentes fréquences commutables jouées dans certains ordres (tables d’ondes). Lorsque vous appuyez sur une touche, le son se déplace dans l’ordre dans la table d’ondes, sans changer spontanément la forme d’onde, mais en modifiant doucement sa forme en différentes vagues de la table.

Cette méthode produit des sons qui peuvent évoluer très rapidement et en douceur. La méthode était destinée à créer des bruits de sons numériques. Elle n’est donc pas utilisée très souvent pour la réplication d’instruments, mais constitue un moyen efficace de créer des pads ou des sons sonores, tels que des cloches ou des sons numériques. (effets sonores dans les jeux tv etc)

En fait, il faut que toutes les ondes sonores que vous êtes susceptible de vouloir produire soit stocké dans des tableaux différents. Ensuite, lorsque vous souhaitez reproduire un certain son, le synthétiseur charge l’onde de ce son et le reproduit encore et encore.

Pourquoi voudriez-vous générer des sons de cette façon ?

Moins de mémoire: Surtout lorsque les synthétiseurs numériques sont apparus, la mémoire était petite et coûteuse. Vous pouvez stocker de nombreuses d’ondes sonores en pleine résolution sans utiliser trop de mémoire, car vous n’avez besoin que de stocker une période de l’onde sonore.

Moins de puissance de processeur: les ordinateurs rapides étaient gros et coûteux, et calculer ce que deux ondes sonores feraient quand elles étaient additionnées ou la manière dont un filtre affecterait une onde sonore nécessitait beaucoup de calculs. Avec la synthèse par table d’ondes, toutes les différentes ondes sont pré-calculées et stockées dans les tableaux.

La table d’onde est l’un des derniers développements en matière de conception sonore et les synthétiseurs modernes utilisant ce type de synthétiseur l’associent souvent à d’autres types de synthèse tels que le granulaire , FM , soustractive , additive , etc. Pour créer des formes d’onde plus complexes en temps réel.

Ce type de synthèse offre la plus large gamme de sons pouvant être créés par rapport à toute autre technique.

Si vous souhaitez découvrir tout ce que les synthétiseurs peuvent donner, ils vous satisferont à peu près tous, en effet , les besoins en matière de conception sonore , fonctionnalités les plus populaires y sont intégrés.

La méthode soustractive est la méthode la plus répandue qui a donné naissance au concept de synthèse sonore. Et est également l’un des types de synthèse les plus populaires de tous, peut-être en raison de sa simplicité inhérente et de son application.

Ce type de synthèse est une chaîne de signal très simple d’un oscillateur (ou la combinaison de plusieurs oscillateurs) traversant un filtre (courbe EQ) qui est ensuite envoyé à un amplificateur pour la mise en forme de gain et l’ ADSR (Attack Decay Sustain Release (Attaque Chute Entretien Extinction)) pour contrôler la réponse de l’enveloppe. Les harmoniques présentes dans les sons des oscillateurs peuvent être transformées en structures harmoniques qui reflètent celles des instruments réels.

Cette méthode est très facile à réaliser dans les domaines analogique et numérique et peut être utilisée pour créer de nombreux instruments (éventuellement infinis), effets et sons.

Le synthétiseur analogique soustractif a été conçu à cette fin. Il constituait une alternative à la location de musiciens pour jouer sur des enregistrements. Cependant, il s’est rapidement transformé en son propre instrument, créant différents sons jamais produits par un instrument acoustique.

La synthèse soustractive est le plus étroitement associé aux synthétiseurs analogiques des années 60 et 70. Dans lequel les harmoniques de formes d’onde simples, telles que celles mentionnées précédemment, sont atténuées avec un filtre passe-bas résonant commandé en tension.

À bien des égards, il s’agit d’un processus similaire à celui de la voix. Les notes vocales sont «l’oscillateur» et la bouche agit comme un filtre, réduisant les harmoniques entendues en fonction de l’ampleur de son ouverture.

Ce type de synthèse a un son très vintage et très évidemment synthétique, ce qui est une grande partie de son attrait (pensez à Kraftwerk,les radios, et à peu près toutes les titres de musique de danse , les exemples ici pour donner une idée du son ).

La synthèse soustractive est un excellent moyen de comprendre le fonctionnement de la synthèse.

La synthèse soustractive de base utilise les modifications de forme d’onde, le filtrage et les ajustements d’enveloppe.

L’un des principaux contrôles d’un filtre est la «fréquence de coupure», qui définit le point où le filtre commence à bloquer les fréquences. Il existe plusieurs types de filtres pouvant bloquer les fréquences plus basses, plus hautes :

Filtre Passe-bas: supprime les fréquences supérieures à la fréquence de coupure. Rend les sons plus sombres ou plus troubles.

Filtre passe haut : supprime les fréquences inférieures à la fréquence de coupure. Rend les sons plus clairs.

se additive est une technique de synthèse sonore qui crée un timbre en ajoutant des ondes sinusoïdales . Ce type de synthèse cherche à obtenir le même résultat que la synthèse soustractive, mais en abordant la méthode à partir d’une “philosophie constructive”, plutôt que de simplement tailler des harmoniques.

Les sons entendus au quotidien ne sont pas caractérisés par une seule fréquence . Au lieu de cela, ils consistent en une somme de fréquences sinusoïdales pures , chacune à une amplitude différente. Lorsque les humains entendent ces fréquences simultanément, nous pouvons reconnaître le son.

Cela vaut tant pour les sons “non musicaux” (par exemple, les éclaboussures d’eau, le bruissement des feuilles, etc.) que pour les “sons musicaux” (par exemple une note de piano, un tweet d’oiseau, etc.). Cet ensemble de paramètres (fréquences, leurs amplitudes relatives et la manière dont les amplitudes relatives changent avec le temps) sont encapsulés par le timbre du son.

Plutôt que de présenter un mur d’harmoniques et d’établir la structure harmonique souhaitée (soustractive), dans la synthèse additive, de multiples ondes sinusoïdales de niveaux et fréquences variés sont combinées pour créer la structure harmonique souhaitée. Autrement dit, au lieu de commencer avec tout ce dont vous avez besoin et de jeter ce dont vous n’avez pas besoin, vous ne partez de rien et construisez des structures harmoniques à partir de rien.

Le processus de re-synthétisation est étroitement lié à la synthèse additive . La re-synthétisation consiste essentiellement à analyser la structure harmonique d’un son échantillonné et à tenter de la recréer. La synthèse additive est essentiellement une re-synthétisation, à l’exclusion du fait que la re-synthétisation est la recréation d’un son spécifique existant , et non d’un son d’instrument général. Compte tenu de ce lien, la synthèse additive est assez souvent utilisée dans les processus de re-synthétisation.

La synthèse FM (modulation de fréquence) a été l’une des premières méthodes de synthèse numérique. Il est apparu pour la première fois dans la légendaire Yamaha DX7.

La synthèse FM fonctionne de la manière suivante: une forme d’onde simple appelée porteuse (sinus, scie, carré, triangle,non non pas playstation la manette !) est modulée par une autre onde appelée modulateur . Le résultat est une forme d’onde beaucoup plus complexe. Ce type était le premier type de synthèse numérique à succès commercial et abordable. Tout comme la synthèse soustractive, FM utilise également quatre formes d’onde de base ( sinus, carré, triangle ou en dents de scie ) ainsi que leurs variations pour obtenir le résultat souhaité.

Ces ondes sont connues collectivement comme opérateurs et un synthétiseur FM peut avoir de nombreux opérateurs pour adapter son son à des ondes de plus en plus complexes.

Les principaux avantages de la modulation de fréquence sont que des vagues d’une complexité sans précédent peuvent être produites. En particulier, des sons avec des qualités de cloche pourraient être produits avec un niveau d’authenticité jamais entendu auparavant.

Il est similaire à la synthèse additive en ce qu’il utilise 6 oscillateurs créant des ondes sinusoïdales, chacun d’entre eux pouvant avoir sa fréquence, son amplitude et son enveloppe (volume en fonction du temps) définies par l’utilisateur. En FM, les oscillateurs sont appelés opérateurs. Elle se distingue de la synthèse additive par le fait que plutôt que de combiner les ondes, la sortie d’un opérateur est envoyée à moduler , au suivant. Le second module ensuite un troisième et ainsi de suite jusqu’à ce qu’une forme d’onde complexe soit produite par l’oscillateur final de la chaîne, appelé opérateur de sortie.

Trouvez votre propre son

Avec ces quatre types de synthèse, vous pouvez créer presque tout les sons que vous voulez. À l’ère de l’informatique moderne, la disponibilité des VST (synthétiseur virtuel) sur le marché offre une multitude de choix parmi nos recherches constantes pour découvrir de nouveaux sons dans lesquels nous vivons. La musique contemporaine a toujours soif de nouveaux timbres.

Les plugins de synthé vont être vos meilleurs amis ici.

Avec une telle abondance de possibilités, comment choisir ? De nombreux artistes ont choisi de commencer avec une palette plus limitée et de créer lentement un son unique. Une fois que vous avez entraîné vos oreilles à reconnaître les différents types de synthèse et la façon dont ils sont produits , vous pouvez également développer votre propre son professionnel !

Bon nombre de ces méthodes de synthèse sont combinées ou superposées au sein de programmes uniques pour permettre la création de synthétiseurs uniques. En comprenant ces méthodes, en les expérimentant et en les combinant, vous finirez par devenir la force créatrice de la synthèse sonore.

Voici quelques connaissances à garder en tête lorsque vous démarrez votre processus de production et vous ne pouvez pas choisir entre ces types:

  • Pour faire un son de cloche , vous devez utiliser la synthèse additive ou FM .
  • Pour créer un son classique , simple et synthétique , vous devez utiliser la synthèse soustractive .
  • Pour faire un son qui se modifie au fil du temps , vous devez utiliser la table d’ondes .
  • Pour faire un son métallique synthétique , vous devez choisir FM .
  • Et pour créer un son de type chaîne réaliste , vous devez utiliser la synthèse additive .

Tous les types différents ont leurs forces et leurs faiblesses, nous vous recommandons donc de vous familiariser avec chaque type de synthèse et d’avoir une idée des résultats que vous obtiendrez!

Agenda

Rappelons que l’agenda est celui de la semaine passée lors des rediffusions le samedi.

Repair Café au VAL

Pour lutter contre l’obsolescence programmée, pour apprendre à réparer soi-même et comprendre comment fonctionnent nos appareils, pour faire des économies et surtout passer un moment conviviale de partage et d’entraide, venez participer au premier Repair Café du VAL!
On fera quelques réparation autour d’un verre et on réfléchira ensemble à la façon d’organiser un repair café mensuel au VAL. Amies bricoleuses et bidouilleurs amateurs, si vous n’avez pas peur d’ouvrir une perceuse, ou un ordinateur, venez proposer votre aide et participer à la mise en place de ce rendez-vous mensuel. Et si vous avez un objet à réparer n’hésitez pas à lui offrir ça chance pour une deuxième vie!

Mercredi 19 juin, 18h à 20h30.
VALENCE ATELIER LIBRE, 13 bis rue Montplaisir, Valence.

Discussion : “internet ou le retour à la bougie”

19h : Repas partagé
20h-21h30 : Discussion : “une critique radicale du numérique est-elle encore possible ?”
Rencontre et débat avec Hervé Krief, auteur du livre “Internet ou Le retour à la bougie” (éditions Quartz) La 4ème de couverture : Internet c’est formidable, c’est merveilleux, les smartphones aussi. On ne pourrait plus vivre sans eux. Mais ce bonheur de la connexion permanent est-il vraiment gratuit ?
Sur quoi repose donc la société de l’Internet lorsque l’on tente d’en comprendre le fonctionnement global ? A quels renoncements, à quels sacrifices mène la numérisation de notre environnement social et de nos vies ?
Comment s’y retrouver si l’on souhaite agir pour que nos choix et nos engagements augurent un monde libre, fraternel et qui préserve les vies surTerre ?

Sur inscription.
Jeudi 20 juin, 19h.
VALENCE ATELIER LIBRE, 13 bis rue Montplaisir, Valence.

Cyberday : Emparez-vous des enjeux de cybersécurité​​​​​​

Grenoble INP – Esisar vous proposent une nouvelle journée sur la thématique de la cybersécurité !

​​​​​​​L’arrivée massive des objets connectés, ainsi que des outils de Cloud computing dans la vie quotidienne des entreprises est aujourd’hui une réalité.

L’interdépendance et la complexité croissante des systèmes d’informations sont autant de vulnérabilités potentielles à prendre en considération.

A travers des conférences et des ateliers, les différents intervenants répondront aux questions que vous vous posez sur la vulnérabilité des systèmes d’informations, les nouvelles menaces liées aux usines 4.0 et à l’IoT, les enjeux de la cybersécurité industrielle ou encore les champs de recherche et d’application du Machine Learning.

Sur inscription,
le 20 juin 2019,
ESISAR, 50 rue Barthélémy de Laffemas, Valence.

VIP – 20ème anniversaire

28 au 30 juin
Thoissey

Astrologeek

  • sysadmin : Ça fédère pas bien, mais ça fait d’l’air très bien !
  • macounet : Faite vos jobs (steve) , adorez moi ! Acheter chaque nouvelle machine !
  • demomaker : Il semblait PAL. Plutôt SECAM en fait. Pourquoi tant de NTSC ?
  • codeur : Fait WAR ton appli Java !
  • musicien : Ça y est, t’as fait ta mise ampli ?
  • microsofteux : Installer un serveur sous Windows ? S’pas dur tu fais click click clik et c’est fait. D’où l’expression “Microsoft et toute sa clique.”