Émission Underscore #150 du 30 juin 2019

Actu

Debian 10 (Buster) arrive le 6 juillet

Elle succèdera à “Stretch”.

Firefox va lancer une offre premium

Mais rassurez-vous, le navigateur lui-même restera libre et gratuit ! Le but est de diversifier leurs sources de financement (et du coup dépendre un peu moins de Google on espère), en proposant des services supplémentaires à ceux qui veulent, comme du stockage en ligne ou un VPN.

Les navigateurs web utilisant le moteur de Chrome menacent de forker

Suite à l’annonce de Google de supprimer l’API actuellement utilisée par les greffons bloqueurs de publicité, plusieurs entreprises dont Opera ont menacé de forker pour conserver cette API dans leur version. Microsoft (qui il y a peu a annoncé l’abandon du moteur EDGE en faveur de celui de Chrome) n’a lui rien commenté.

La Guilde des vidéastes, une association professionnelle pour les youtubeurs

C’est la première association représentant les youtubeurs professionnels, pour défendre leurs intérêts.

Le CERN dit adieu à Microsoft et passe au libre

On aurait pu penser que c’était pour les valeurs du logiciel libre, mais en fait c’est une question de sous uniquement semble-t-il. Enfin, c’est toujours ça !

Le site de soutien au référendum sur la privatisation d’ADP fait polémique

Mal conçu, compliqué à utilisé, plein de bugs… certains se demandent même si ce n’est pas fait exprès pour décourager les soutien à cette pétition. De plus se posent des questions sur l’utilisation des données, voire sa récupération par d’autres puisque la liste des soutiens est publique et contient des informations pas forcément nécessaires (comme les autres prénoms). En tout cas, on a moins de neufs mois pour s’inscrire si on le souhaite.

Une nouvelle faille dans les barrettes : RAMbleed

Reprenant le principe de RowHammer, mais sans nécessiter des modifications permanentes, donc affectant aussi les RAM ECC, elle permet de fuiter de l’information.

Chiptune: Crust Hansee mordi

Sujet: La station de travail audio numérique (MedBel)

La station de travail audionumérique, peut sembler banale dans le monde technologiquement avancé d’aujourd’hui, mais cette technologie a connu une longue évolution depuis les débuts de la bobine analogique . L’existence et l’évolution de la station de travail ont permis aux musiciens non seulement de créer de la musique de manière plus efficace, mais également de déclencher une révolution créative qui a permis de créer un mouvement qui a permis de créer une génération de nouveaux genres de musique qui n’existait pas.

Avant la station de travail audio numérique

Le processus d’enregistrement est l’un des principaux objectifs de la station de travail audio numérique, à part la composition et son utilisation dans le processus de création littéraire. Avant l’époque de la station de travail, les musiciens, les studios et les ingénieurs étaient limités à leur technologie disponible, qui consistait à enregistrer de l’audio sur un magnétophone à bobines. Jusqu’en 1970, c’était la norme.

Bien que certains avancent que la musique sonnait mieux en raison du son inhérent à l’enregistrement sur bande, le processus n’était pas dépourvu de ses caractéristiques notables qui, selon certains, ce n’était pas souhaitable. Le bruit et la distorsion étaient deux objets communs qui étaient presque toujours présents et considérés par certains comme une nuisance. Certains, d’autre part, ont vénéré cet aspect et ont trouvé des moyens d’utiliser ce trait pour en faire partie intégrante du processus de création.

Une autre remarque à propos des enregistrements sur bande et du manque d’audio enregistré par ordinateur est l’absence d’automatisation, le processus de réglage du périmètre guidé par ordinateur. L’automatisation de la station de travail a remplacé l’approche «du tout fait à la main» de la table de mixage. Avant l’automatisation, les studios devaient essentiellement faire appel à d’autres personnes (à part les ingénieurs sur site) pour faire fonctionner manuellement une table de mixage et régler les tirettes, les boutons ou tout autre paramètre devant être ajusté en temps réel. le mélange avait lieu. Ce processus était communément appelé «ajuster les tirettes».

La création de la station de travail a apporté une nouvelle façon de gérer l’audio multi-pistes. Il permettait à l’utilisateur de créer, d’enregistrer, de mixer et même de maîtriser un son professionnel de haute qualité directement dans l’ordinateur plutôt que sur des machines coûteuses sur bande. Cela pourrait être réalisé tout en conservant une sortie haute fidélité.

Une station de travail audio numérique est une console de table de mixage basée sur un ordinateur, comme on le voit dans un grand studio. Cependant, au lieu d’avoir une table de mixage volumineuse et coûteuse fabriquée par un fabricant renommé, tous les composants sont conçus pour fonctionner à l’intérieur d’un ordinateur et être affichés via votre ordinateur sur le moniteur. Ce système ne repose pas sur une bande mais repose sur des microprocesseurs.

La première étape de la station de travail audio numérique était connue sous le nom de la station de travail audio numérique intégrée. La station de travail audio numérique consistait en une console de mixage, une surface de contrôle, un convertisseur audio et un stockage de données sur un seul appareil. L’autre type de station de travail audio numérique actuel est le logiciel. La station de travail audio numérique a quatre composants de base: un ordinateur, un convertisseur de son, un éditeur audio numérique et au moins un périphérique d’entrée. L’ordinateur est l’hôte de la carte son et du logiciel qui traite les informations audio. Cela vous permet d’enregistrer dans un format multi-pistes en mono ou en stéréo, d’éditer toutes les prises, de les mélanger et de les maîtriser pour créer une composition musicale professionnelle de haute qualité, le tout sur votre ordinateur.

Les premières tentatives de création d’une station de travail numérique ont eu lieu à la fin des années 1970. Comme le matériel informatique était très limité, ces tentatives étaient lourdes et n’ont pas donné de résultats durables. Non seulement le prix du stockage était élevé, mais la vitesse du disque et la puissance de traitement étaient extrêmement lentes. Soundstream est la première société à avoir tenté le premier logiciel de ce genre et s’appelle le «système de montage numérique».

En 1979, une société appelée Fairlight est née et a développé l’instrument de musique par ordinateur. Cet échantillonneur et synthétiseur numérique développeraient ensuite un système d’enregistrement sur disque dur et une station de travail audio numérique de la série MFX. Bien que le CMI n’était pas un logiciel , la station de travail audio numérique était basée sur l’ ordinateur, il disposait d’un moniteur CRT et exécutait un système d’exploitation appelé QDOS. L’une des caractéristiques remarquables à ce jour de nombreuses entreprises est le logiciel «Page R» du CMI, un séquenceur de motifs graphiques en temps réel. Certains disent que cela a cédé la place au séquençage MIDI actuel. (exemples de sons)

Au début des années 80, les entreprises ont vraiment commencé à mettre en avant l’idée du logiciel de station de travail audio numérique, en particulier maintenant que des ordinateurs tels que Apple II, Atari ST et le Commodore Amiga disposaient d’une meilleure puissance de traitement et pouvaient gérer le travail d’édition audio numérique. Aujourd’hui, beaucoup de plates-formes logicielles renommées avaient des racines modestes. Protools, le standard désormais reconnu par AVID, est un éditeur audio appelé «Sound Designer» par Digidesign. Ce logiciel était principalement utilisé pour éditer des échantillons pour échantillonner des claviers tels que l’E-mu Emulater II et l’Akai S900. Sound Designer a finalement été fourni avec du matériel compatible Mac pour former Sound Tools.

En 1985, la société Opcode fondée par Dave Oppenheim a été créée. En 1986, la société avait publié deux produits: le MIDIMAC Seqencer et l’interface MIDIMAC pour ordinateur Macintosh.

Mark Of The Unicorn est un autre des premiers développeurs avec son logiciel appelé «Compositeur professionnel». À la suite de cela, un séquenceur musical appelé «Performer» est apparu. Performer a pleinement exploité le nouveau standard MIDI, ce qui en fait une plate-forme très recherchée pour les utilisateurs de synthétiseurs. Ce logiciel mènera éventuellement à «Digital Performer» qui est encore très utilisé à ce jour.

Steinberg Research est arrivé vers 1994 lorsque le commodore 64 était l’un des principaux adversaires de la première scène musicale. Leur premier produit, baptisé «Multitrack Recorder», aurait vendu moins de 50 exemplaires. Le concept a cependant été rapidement transformé avec la plate-forme intitulée «Pro-16». Le Pro-16 était un multi-séquenceur 16 pistes de base avec une interface claire d’une page et un enregistrement en temps réel. Après le Pro-16, le Pro-24 suivi de Cubit. En 1992, Steinberg vit enfin l’arrivée de Cubase, l’un des standards de l’industrie.

Emagic est un autre concurrent important sur le marché de la station de travail audionumérique qui a pris ses racines sur le marché de l’enregistrement audio. Emagic, une société de logiciels basée en Allemagne, était connue pour son séquenceur de musique ancienne appelé “Creator”. Creator a été suivi par Notator, qui fonctionnait sur la plate-forme Atari ST. Notator Logic a été lancé en 1992 pour Atari, Macintosh et Windows. Emagic a rapidement supprimé le «Notator» du nom et a été repensé avec un nouveau look et appelé «Emagic Logic». En 2002, Apple a acheté le logiciel et a cessé toute assistance Windows pour le programme. Aujourd’hui, Logic n’existe encore que sur la plate-forme Apple et est largement considéré comme l’une des station de travail audio numérique les plus populaires.

Mac vs PC: les débuts

Jusqu’en 1993, tous les enregistreurs de travail audio numérique fonctionnaient sur des ordinateurs Atari, Commodore ou Apple. Des programmes tels que Performer, Creator, Pro-16, Vision, Studer Dyaxis, Sonic Solutions et Sound Designer étaient tous dépendants d’Apple. Samplitude Studio a été le premier produit introduit sur Windows. Avant 1992, ce logiciel existait comme éditeur audio pour le Commodore Amiga. D’autres sociétés ont également commencé à émerger, telles que IQS (logiciel de qualité innovante), connu aujourd’hui sous le nom de SAW Studio, Soundscape Digital Technology, acquis par Mackie, puis par SSL, SADiE, Echo Digital Audio et Spectral Synthesis.

Aujourd’hui, il existe une pléthore d’options lorsque l’on parle d’une station de travail. On pourrait facilement dire que le marché actuel en est saturé. Plusieurs fois, nous verrons l’annonce d’une nouvelle station de travail suivie d’un titre de magazine ou de blog : “Avons-nous besoin d’une autre station de travail?”, “Qu’est-ce qui différencie une station de travail?”. La concurrence est le nom du jeu et, même si la station de travail audio numérique peut être le leader du secteur, il faudra toujours plus de fonctionnalités, un traitement audio plus rapide, un routage de modulation supplémentaire, un montage plus rapide des échantillons, une utilisation moindre du processeur, etc.

Il va sans dire que la station de travail audio numérique est bien implantée sur le marché actuel de l’enregistrement assisté par ordinateur et, que son évolution ne s’arrêtera pas là , cela restera un outil qui accompagne l’homme et jamais l’inverse , alors en avant la musique !!!

Voir aussi les travaux de l’IRCAM.

Il existe aussi des logiciels libres et gratuits :

Chiptune: Sushi Boyz by Jazzcat

Agenda

Rappelons que l’agenda est celui de la semaine passée lors des rediffusions le samedi.

Projection du Film ‘La bataille du Libre”

Projection du film de Philippe Borrel, “la bataille du Libre”

Un paf de 5€ est demandé.
Le mardi 2 juillet 2019 de 19h30 à 22h30.
Alter’hostel; 32 quai Arloing, Lyon.

Exposition – Et si c’était vrai ? De la fiction à la réalité

Quand, en 1864, Jules Verne envoie trois hommes sur la lune dans son roman De la Terre à la Lune, il n’imagine sans doute pas que cet exploit deviendra, 105 ans plus tard, une réalité.
Dans la littérature d’anticipation et les œuvres cinématographiques ou télévisuelles de science-fiction, les exemples de prédictions ne manquent pas.
Cette exposition vous offrira un panorama des innovations qui ont été imaginées depuis le XIXe siècle et qui s’inscrivent aujourd’hui dans notre vie contemporaine.

Tout public;
Médiathèque de Portes-Lès-Valence;
Du mardi 02 au samedi 27 juillet 2019.

Une histoire de pixels

L’association Gamestalgie propose de découvrir ou redécouvrir la culture vidéoludique dans une ambiance riche en pixels.

Samedi 6 juillet à 18h,
Le Cause Toujours, 8 rue Gaston Rey, Valence.

AmigaBouffe

Comme d’habitude, on vient avec nos vieilles machines, on mange bien, et on prépare la prochaine Alchimie !

Le samedi 6 juillet,
Salle des fêtes, Clérieux.

Mon robot en récup’

ATELIER ADULTE / ENFANT
Atelier de fabrication créative où chaque enfant accompagné d’un adulte (parent / amis) invente et personnalise un mini-robot à partir d’objets de récupération et de petit matériel électrique.

Pour les 5 – 7 ans
35€ robot compris- 5 participants max
10 juillet • 10h-12h
8fablab, 8 rue Courre-Commère, Crest.

Il y a d’autres ateliers prévus en juillet au 8fablab, n’hésitez-pas à regarder leur site !

Astrologeek